Georges Anglade: l'enseignement comme sacerdoce (I)

Publié le 2013-04-10 | Le Nouvelliste

Culture -

Commencé à Port-au-Prince au collège Roger Anglade en 1964, le parcours de Georges Anglade comme enseignant s'étend sur une période de plus de quarante ans et ressemble, à s'y méprendre, à un merveilleux conte tissé dans la passion et l'abnégation. Les indications autobiographiques disponibles informent que Georges Anglade s'adonna à des activités littéraires dès son plus jeune âge. Mais c'est surtout l'enseignement qu'il commença à travailler de manière systématique. Et, à l'en croire, c'est à partir de là qu'il s'est dirigé vers les autres domaines. Le dynamisme naturel, la curiosité contagieuse et l'esprit d'ouverture ont stimulé les diverses caractéristiques de sa vocation pédagogique pour lesquelles il était connu et admiré. A son niveau le plus profond, tout engagement professionnel est une sorte de sacerdoce, c'est une expérience permanente qui nous dépasse infiniment, me confia-t-il à volonté. Nous tous, enseignants, nous en faisons librement l'expérience dans toute notre vie. Né le 18 juillet 1944 à Port-au-Prince, Georges Anglade a fait ses études universitaires à Port-au-Prince, d'abord à l'Ecole normale supérieure (1962), puis à la faculté de droit de Port-au-Prince où il obtient en 1965 la licence en droit et un diplôme de sciences sociales. La dictature, qui se renforce et tient en suspicion tous les jeunes étudiants et activistes politiques, ne brise pas son élan et son appétit de savoir. La disparition de la SNAD de Brochette, du Choeur Simidor, l'assassinat ou le départ de nombreux intellectuels, artistes et professeurs, l'échec des grèves estudiantine lui enseignent la prudence, la peur et la ténacité à la fois ! Eminents professeurs La même année, en 1965, il part à Strasbourg où il étudie au Centre de géographie appliquée jusqu'en 1969 après avoir obtenu avec succès son doctorat de troisième cycle en même temps qu'une licence ès lettres de l'université de Strasbourg (1967). Avide d'apprendre et de comprendre, il sera professeur à l'Institut de démographie de Strasbourg de 1968 à 1969. Très doué, il suivait une ligne de travail stricte. C'est en septembre 1969 qu'il s'installe au Canada, à Montréal plus précisément, où il fera partie de ceux qui ont fondé l'Université de Québec à Montréal (UQAM) où il sera professeur de géographie sociale de 1969 à 2002, agissant notamment comme directeur des études avancées et directeur du département de géographie. Beaucoup d'Haïtiens avaient dû s'expatrier, dis-je, parfois sans espoir de retour. C'est une bien exaltante et difficile période qui commence pour lui et pour ses compatriotes expatriés, décidés comme lui à tout recommencer. Ce long et enrichissant cheminement, qui le met souvent en contact avec les jeunes hommes et femmes de toutes les origines, a exercé sur lui des influences positives. Avec une attention soutenue et une grande empathie, il avait vu de près cette misère au cours de ses recherches dans les coins reculés du pays. Faisant preuve d'une grande imagination conceptuelle personnelle dans la production de multiples paradigmes de base, il avait aussi très certainement noté la volonté de la grande masse des paysans de trouver des solutions qui traduiraient au mieux leurs problèmes les plus cuisants. Chanceux, Georges Anglade a grandi à l'ombre d'éminents professeurs : Rémy Zamor, Roger Anglade, Leslie Manigat, Pradel Pompilus, Max Chancy, Fritz Pierre-Louis, Roger Gaillard, Emile Crispin, Pierrot Riché... C'est d'ailleurs à cette époque qu'il a commencé ses investigations géographiques, parcourant, comme il le peut, tout le pays, explorant les moindres recoins, à la recherche de «vérités» de tous ordres. Ces résidus, ces faits, ces mutations orienteront en grande partie sa quête d'un espace haïtien en crise et lui feront prendre une nette conscience de la gravité et de l'ampleur de la question paysanne et plus particulièrement des modes de reproduction et de subsistance agricoles. N'aurait-il pas, dès cette période, découvrant les savoir-faire populaires ignorés et voués au silence, entrevu et peut-être même posé les bases de son système de pédagogie ? Toutes ses activités d'étudiant et de professeur ne dérangent-elles en rien ses activités de chercheur ? C'est pourtant la voie empruntée par Georges Anglade, qui a cherché, ce faisant, à mettre en articulation ou plutôt en synergie, enseignement et recherche avec une ferveur inégalée. S'il commence à composer son oeuvre, si sa plume ne prend pas de repos dans la préparation de ses cours, il accorde beaucoup de places à la réflexion dès la fin des années soixante. Tournant incontournable Ces quêtes qui déclenchent, chez lui, une prise de conscience de la situation réelle du pays, du pays en dehors sont nombreuses qui concernent la commercialisation par madan sara, le compagnonnage des jardins paysans (bourgs-jardins) et la place grandissante de la diaspora, dont il fut le tout premier théoricien et le chantre le plus zélé, et bientôt la dimension multiple et dramatique de la centralisation port-au-princienne, de la «République de Port-au-Prince». L'ouverture du domaine de la géographie à ces problématiques constitue un tournant incontournable dans l'histoire de l'enseignement classique dans le pays. Certes, il n'est pas question pour lui d'occulter les acquis antérieurs de Moreau de Saint-Rémy et de Semexant Rouzier ni de se jeter tête baissée dans les dédales de la modernité. Ses intuitions, audacieuses et judicieuses, résonnent en accord avec l'âme de son peuple. S'il ne pense à s'approprier aveuglément les bases de l'enseignement traditionnel, il veut y trouver une alternative solide. La construire patiemment, l'évaluer sur le terrain et dans ses salles de classe. Fougueusement. Passionnément. Et aussi utiliser les résultats des recherches de terrain, surtout les enquêtes sur les facteurs démographiques et la cartographie inhérents à l'île d'Haïti, sur les bouleversements urbains, la question du développement national, la paysannerie dans sa solitude transhistorique, l'ampleur et la place incontournable de la diaspora. Survenue à la faveur de la redéfinition des paramètres de l'haïtianité par le courant ethnologique du début du XXe siècle, la contribution de Georges Anglade à travers l'Espace haïtien (1974) et Mon pays d'Haïti (1977) constitue le facteur différenciateur le plus marquant permettant de distinguer les manuels scolaires antérieurs et postérieurs aux années 1970. Pris dans le contexte international, surtout si l'on tient compte du climat de contestation aux Etats-Unis, l'Espace haïtien n'avait rien qui pût vraiment déranger. Ce fut pourtant en Haïti un choc que le public mit un certain temps à assimiler. Mais ce manuel innovateur était beaucoup plus qu'une contribution à l'enseignement national, bien plus qu'un succès de librairie, tout un programme de renaissance.

Pierre-Raymond Dumas Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".