Soins de santé à domicile

Une solution à la mortalité maternelle

La solution pour freiner le taux élevé de mortalité maternelle en Haïti - le plus élevé des Amériques - réside dans l'accès aux soins de santé à domicile pour les femmes enceintes. C'est du moins la conclusion à laquelle est parvenue Norly Germain, dans sa thèse de doctorat en Génie industriel présentée récemment à l'Université Paul Verlaine, en France.

Publié le 2013-02-18 | Le Nouvelliste

Selon ce jeune Haïtien, qui souhaite que son travail soit pris en compte par les autorités haïtiennes, le problème de la mortalité maternelle est crucial dans notre pays. « Il n'existe pas beaucoup de recherches connues sur les causes mais surtout sur les solutions au taux de mortalité maternelle en Haïti qui, pourtant, est le plus élevé de toutes les Amériques », dit le jeune chercheur, qui propose une solution adaptée à la réalité haïtienne. Dans son opuscule d'une centaine de pages intitulé « Contribution à l'ingénierie des systèmes de production de soins de santé dans les pays en voie de développement/Vers un système sans murs en Haïti », le chercheur haïtien propose la mise sur pied d'un système s'adressant particulièrement aux femmes enceintes de milieu précaire. Les faits En Haïti, 75 % des accouchements se font à domicile sans la présence d'un professionnel de la santé, souligne le chercheur dans son travail. Le taux de mortalité maternelle est de 670 pour 100 000, le plus élevé du continent américain. Tandis que dans des pays voisins d'Haïti comme Cuba, la République dominicaine et la Jamaïque, on retrouve respectivement pour 100 000 naissances vivantes, des taux de mortalité maternelle de 45,150 et 170. Ces données sidérantes prouvent qu'il faut de toute urgence mettre fin à cette hécatombe. « L'objectif de notre travail est de proposer une alternative à la prise en charge classique de la maternité pour la réduction des taux de décès maternels et infantiles dans le pays », explique Norly Germain. Selon lui, la concentration des établissements sanitaires en milieu urbain a conduit à la situation actuelle. « Plus de la moitié de la population vit en milieu rural sans accès aux soins de santé, dénonce-t-il. Les problèmes d'infrastructures socioéconomiques, politiques et culturelles créent une barrière entre les gens des villes et ceux des campagnes. Certains préfèrent se vouer à la médecine traditionnelle faite de plantes et de coutumes anciennes. D'autres s'adonnent aux pratiques vaudouesques ou au christianisme pour trouver des solutions à leurs maux et soulager leur souffrance. » Selon le constat de M. Germain, pas étonnant que les femmes préfèrent accoucher chez elles pour éviter les complications dues aux barrières sociales. La peur du médecin en est un bel exemple. Ce qui fait que 75% des accouchements se font encore à domicile en Haïti sans l'assistance médicale. « Une sage-femme traditionnelle, n'ayant aucune connaissance de la médecine moderne, ou un membre de la famille, assiste la parturiente en travail. Comme conséquence, on assiste à une augmentation flagrante des taux de mortalité maternelle et infantile. » Une esquisse de solution Le système hospitalier haïtien, public comme privé, ne peut pas répondre ou n'a pas la capacité nécessaire pour offrir des soins à la population, affirme Norly Germain. « Je me suis donné pour mission de trouver une alternative à cette carence de production et d'offre de soins de santé. L'alternative de la mise en oeuvre d'une structure d'hospitalisation hors les murs semblait être l'option idéale pour aborder le cas d'Haïti. » C'est en partant du constat que la plupart des gens ne peuvent se rendre dans les centres de santé concentrés en milieu urbain que le docteur Germain a eu cette idée toute simple : si les femmes enceintes ne peuvent aller aux soins, amenons les soins chez elles... Déjà, certaines institutions intéressées à l'amélioration du système de distribution de soins de santé en Haïti ont expérimenté la mise en oeuvre d'une structure d'hospitalisation à domicile. « Zanmi Lasante », une organisation fondée et dirigée par le docteur Paul Farmer à Cange dans le département du Centre, en est un bel exemple dans le cas de patients atteints de maladies transmissibles, telles que le VIH et la tuberculose. Le plus grand souhait de Norly Germain, c'est de voir ses années de recherche servir à quelque chose. « Pour arriver à obtenir un résultat concret, il est capital que ce travail ne soit pas mis dans les tiroirs et oublié, dit-il. C'est d'autant plus important qu'il n'existe aucune donnée scientifique sur le système hospitalier haïtien. Il y a d'énormes possibilités de recherche en ce qui concerne la production scientifique dans le pays. Il faut se retrousser les manches ! »
Robenson Geffrard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".