« Aux frontières de la soif » de Kettly Mars ou la fascination devant l'horreur

Livres en folie "Aux frontières de la soif" de Kettly Mars a été écrit et publié grâce à la bourse octroyée par la Société du Rhum Barbancourt dans le cadre de la célébration de ses cent cinquante ans de fondation.

Publié le 2012-05-31 | Le Nouvelliste

Dans ce nouveau roman à l'atmosphère tour à tour glauque et lumineux, Kettly Mars nous mène d'entrée de jeu à Canaan, le mégacamp de déplacés du séisme de janvier 2010 « ...couvrant dans la plus parfaite anarchie une coulée de mornes nus dominant la route du Nord... » Oppressés et inquiets, nous y suivons dans la nuit sombre et le dédale des tentes en plastique bleu les pas de Fito Belmar, architecte-urbaniste et écrivain à succès en panne d'inspiration, partant à la recherche d'un fugace et douloureux bonheur auprès de petites filles pré-pubères que la misère vend au plus offrant. "Aux frontières de la soif "raconte, d'une part, la vie ou plutôt la survie de ces sinistrés de Canaan, évoluant dans une précarité extrême et, d'autre part, l'existence de Fito Belmar, rejeton d'une classe moyenne haïtienne relativement aisée, désabusée et impuissante. Deux mondes, deux univers, des vies parallèles n'ayant apparemment aucun point de jonction, jusqu'à ce que Fito Belmar soit happé par ce « monde aux codes différents du sien qui l'agressait et le fascinait, le confondait d'humilité. » Monde dans lequel il vient échouer, ce camp de Canaan symbolisant le naufrage des espoirs de solidarité et de renaissance qui avait traversé la société haïtienne comme un grand souffle après le tremblement de terre de janvier 2010. Pendant qu'il est pris dans le filet des obsessions perverses contre lesquelles il se débat fiévreusement, Fito Belmar voit arriver dans sa vie une japonaise, Tatsumi, femme-enfant avec laquelle il a pendant quelques temps échangé des messages électroniques et qui débarque en Haïti comme journaliste venue s'informer de la situation du pays un an après la catastrophe. Elle ne pouvait tomber plus mal, et Fito, obligé de jouer à l'hôte accueillant, enrage intérieurement de cette intrusion dans sa vie solitaire et troublée. Mais Tatsumi est elle-même un être troublant qui ajoute au malaise existentiel de Fito. « Il frôla ses petits seins nus, sa main glissa sur ses hanches étroites. Le corps sans réaction de Tatsumi livrée à l'ivresse le troubla. » Et puis, il y a Gaëlle, la maîtresse avec laquelle il ne partage plus rien : « Il se voyait déjà installé dans une carrière d'écrivain à succès; elle anticipait un statut de femme de célébrité avec foyer, enfants, bonne et garçon de cour et savourant la jalousie subliminale de ses amies... Aujourd'hui ils se laissaient indifférents, lui déçu et elle désenchantée, ne sachant que faire de leurs rêves éteints. » Il y a aussi Franck, l'ami des bons et des mauvais jours, sa chambre d'hôtes et son bar ouverts aux amis paumés. Franck, le triple divorcé qui n'aime pas les épouses de ses copains. Franck, l'aîné qui a droit de regard sur la dérive de ses amis : « Fito... qu'est-ce que tu vas foutre à Canaan ? » Et il y a ces torrides virées du vendredi soir à Canaan dont Fito « ...émergeait exalté mais inquiet. La poussière blanche du camp couvrant ses chaussures. » Il y a ces petites filles dont on ampute l'innocence dans la chaleur étouffante des tentes en plastique : «La gamine savait qu'on utilisait son corps, que Golème donnait de l'argent à sa mère à chaque fois qu'elle allait sous la tente avec un papy. » Il y a enfin la reconstruction du pays qui n'en finit pas de commencer, le choléra qui tue chaque jour... Alors que le lecteur se démène pour se tenir à flots du malaise subtilement distillé par l'auteur et démêler un écheveau de sentiments compliqués et sombres, le roman change soudain de cap et Kettly Mars nous transporte dans la luxuriante Grande-Anse, aux Abricots, ce village de pêcheurs à l'extrême sud du pays, où Fito retrouve son ami Jean-Claude et où il se réfugie le temps d'un week-end avec Tatsumi, croyant ainsi se défaire de la fascination et des spectres de Canaan. Le répit sera de courte durée, car Fito, obsédé par sa déchéance, n'arrive pas à être un homme avec Tatsumi. Une déchéance qui est peut-être sa façon de se punir. D'où viendra la rédemption de Fito ? De l'alcool et du jazz qui lui offrent des refuges illusoires? Sombrera-t-il irrémédiablement dans le vice et le dégoût de soi ? « Tatsumi au corps d'enfant, Miles Davis on the rocks et le clavier d'un ordinateur dans la nuit insomniaque pourront-ils le sauver de lui-même ? », lisons-nous en quatrième de couverture du roman. Kettly Mars nous offre ici un court roman oppressant et troublant. Poursuivant l'exploration des thèmes qui lui sont chers comme la dialectique du bien et du mal, l'ambiguïté des sentiments ou l'innocence pervertie, elle aborde avec "Aux frontières de la soif" un sujet brûlant: la pédophilie. Elle le fait sans complaisance, mais aussi sans jugement moralisateur. De quoi perturber les âmes sensibles. La pédophilie, un sujet tabou que l'on cache, que l'on tait, mais qui est bien un travers majeur de notre temps. Faut-il parler d'immoralité à propos du roman de Kettly Mars ? Le lecteur seul pourra en décider, car cette lecture mettra ses émotions profondes à nu. Mais qu'on le juge immoral ou inquiétant, ce roman est avant tout dérangeant et ne saurait laisser indifférent. On tourne les pages, subjugué par la densité psychologique du texte soutenu par une écriture elliptique et sobre. La romancière fait encore une fois preuve de sa capacité d'émouvoir qui est l'attribut essentiel de l'oeuvre d'art littéraire. Kettly Mars se range résolument dans la lignée de l'Américaine Joyce Carol Oates ou du Brésilien Dalton Trevisan, deux écrivains contemporains majeurs qui exposent dans leurs romans et nouvelles une culture de perversion et de violence sous-tendant l'hypocrisie de nos sociétés modernes. "Aux frontières de la soif "est un roman fort qui suscite nos ambiguïtés et nos contradictions. Une lecture que l'on subit avec un plaisir indéfinissable. Comme une fascination devant l'horreur.
Armelle Dufour Mai 2012 Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".