Le président Biden évoque la crise en Haïti                                                  

En l’espace de quelques jours, les USA ont évoqué la crise en Haïti à deux reprises avant que le président Joe Biden ne le fasse lui-même, à l’ONU. Il a appelé le monde à se tenir aux côtés d’Haïti et à faire davantage.            

Publié le 2022-09-21 | lenouvelliste.com

Le président américain Joe Biden a renouvelé le support de son administration en faveur d’Haïti, confrontée à la violence des gangs, alimentée par la politique et à une énorme crise humaine, et appelé à faire d’avantage. « Nous continuons à nous tenir aux côtés de notre voisin haïtien, confronté à la violence des gangs alimentée par la politique et à une énorme crise humaine, et nous appelons le monde à faire de même. Nous avons encore beaucoup à faire », a dit le président Joe Biden à la tribune des Nations unies, à l’occasion de la 77e assemblée générale, à New York, mercredi 21 septembre 2022.

L’évocation d’Haïti par le président Joe Biden intervient après la déclaration de l’ambassade des Etats-Unis, le 18 septembre, et les commentaires de Juan Gonzalez, son conseiller à la sécurité nationale pour l’hémisphère occidentale. 

 « Le droit de rassemblement et de manifestation est fondamental dans toute démocratie. Cependant, les États-Unis condamnent fermement les actes de violence, de pillage et de destruction perpétrés récemment en Haïti et ceux qui ont provoqué ces événements à leurs propres fins », pouvait-on lire dans cette déclaration.

« Nous appelons les Haïtiens à exprimer leurs opinions d'une manière pacifique en respectant les acteurs humanitaires et les forces de l'ordre et en permettant aux Haïtiens dans le besoin d’avoir accès sans entrave à la nourriture, à l'eau et aux soins médicaux », a indiqué cette déclaration.

 « Nous continuons d'encourager les interlocuteurs haïtiens à s'entendre sur un accord politique inclusif qui favorisera la tenue d’élections dès que les conditions le permettent. Les Haïtiens à travers tout le pays et de tous les horizons sociaux doivent créer les conditions qui permettront à un gouvernement démocratiquement élu d'entrer en fonction dès que possible ». « Les États-Unis demeurent un partenaire fidèle d'Haïti et nous restons déterminés à soutenir le peuple haïtien en cette période difficile », a indiqué cette déclaration.             

Les violentes manifestations qui ont plongé Haïti dans le chaos et l'anarchie sont "financées par des acteurs économiques qui risquent de perdre de l'argent", a déclaré Juan Gonzalez, directeur principal pour l'Hémisphère occidental au Conseil national de sécurité à la Maison Blanche et assistant spécial du président Joe Biden, a rapporté Miami Herald, lundi 19 septembre 2022.

"Ce sont des gens qui souvent ne vivent même pas en Haïti, qui ont des manoirs dans différentes parties du monde, et qui paient pour que les gens aillent dans les rues", a déclaré Gonzalez qui s'est exprimé lors d'une apparition lundi à l'Institut américain de la paix basé à Washington, D.C.

En réponse aux troubles et à la paralysie politique actuelle en Haïti, M. Gonzalez a déclaré que les États-Unis se sont abstenus de mettre "le doigt sur la balance" et se sont plutôt concentrés sur la promotion d'un dialogue plus large entre les acteurs politiques haïtiens et le gouvernement provisoire dirigé par M. Henry.

Haïti l'empêche de dormir la nuit, a-t-il dit, "en pensant à l'horrible crise humanitaire qui se déroule dans le pays". 

"Je ne suis pas d'accord avec l'évaluation selon laquelle nous avons tout essayé et rien n'a fonctionné", a déclaré Gonzalez. "Franchement, j'ai l'impression qu'il y a un manque d'ambition et une nouvelle réflexion sur Haïti", a confié ce responsable de l'administration Biden.

Cette fois, à l’ONU, c’est le président Biden lui-même qui évoque le dossier Haïti.              



Réagir à cet article