Le premier ministre Ariel Henry est en voyage pour un touche-tounen.

Publié le 2022-09-07 | lenouvelliste.com

Il est parti alors que plusieurs villes étaient en ébullition ce 7 septembre. Dans la Gand'Anse et le Sud-Est on a compté des blessés par balle. Jérémie a connu des scènes de pillage. La police a passé la journée à contenir les Haïtiens qui réclament, entre autres, le départ du PM Henry. 

Selon son service de presse, « Accompagné de quelques membres de son cabinet particulier, le Premier ministre, Dr Ariel Henry, a quitté le pays, ce mercredi 7 septembre, à destination de la Floride où il doit rencontrer un groupe d'entrepreneurs intéressés à investir dans le pays. Il sera de retour ce vendredi. »

La nouvelle est tombée comme un cheveu sur la soupe. Personne n’avait entendu parler de négociations, le premier ministre va-t-il signer un contrat ?

Alors que des manifestations sont organisées dans plusieurs villes du pays, qui sont ces intrépides investisseurs ?

Avec toutes les difficultés que connaît le pays, insécurité, essence rare, routes bloquées, institutions défaillantes, brouillard politique, dans quels secteurs doivent bien vouloir investir ces investisseurs ?

Il n’y a pas eu de conférence de presse avant le départ de la délégation haïtienne, on ignore si un point de presse est prévu au retour du premier ministre. Il n’y a que l’étonnement et les spéculations en vedette chez les observateurs de la scène haïtienne.

Bien entendu, Haïti est vaste. Il y a des régions totalement calmes. Des filières vierges. Des opportunités inexploitées. Il y a de la place pour des investissements.

Cependant, ces dernières années, Haïti ne s’est pas distingué comme pays réceptif aux investisseurs étrangers. On peut compter sur les doigts le nombre d’entreprises à s’être implantées ici ces cinq dernières années.

Les hommes d’affaires locaux sont prudents, frileux même. La venue de nouveaux joueurs issus de l’étranger pourrait relancer une dynamique enrayée.

Souhaitons-le.

La dernière fois que la bonne nouvelle des investissements étrangers avait défrayé la chronique, le président Jovenel Moïse avait déroulé le tapis rouge pour la star américaine Kanye West.

On attend encore la suite. La matérialisation des intentions du chanteur se fait désirer.



Réagir à cet article