Injection de dollars de la BRH : « C’est un crime financier», estime l’économiste Eddy Labossière

Ces dollars injectés sur le marché local qui devaient servir à soulager les couches les plus démunies de la population, c'est un transfert fait par la Banque de la République d’Haïti (BRH) aux banques commerciales du pays et à l’oligarchie de l’importation, croit l’économiste Eddy Labossière.  Cette injection fera plus de mal au pays que de bien, soutient-il.

Publié le 2022-08-29 | lenouvelliste.com

Depuis le jeudi 25 août 2022, la BRH commence à mettre à exécution son annonce d’injecter sur le marché local entre 100 à 150 millions de dollars. 18. 5 millions sont déjà injectés, a annoncé la Banque centrale. Selon le docteur en économie Eddy Labossière, intervenant ce week-end à la matinale de Magik 9, cette mesure est un « crime économique ». « C’est un transfert d’argent. C’est comme prendre l’argent d’une classe sociale pour la donner à une autre composée des banques commerciales et de l’oligarchie de l’importation. Ils ont assez de liquidités en gourdes pour absorber les dollars mis sur le marché. Cet argent devait être destiné à assister la population la plus défavorisée », a fustigé le professeur Labossière, s’étonnant de voir la BRH s’entêter à proposer une solution qui n’avait pourtant pas porté ses fruits. « On a une très longue expérience avec ce remède. Malheureusement la banque centrale ne révèle jamais les évaluations sur ses injections de dollars qui permettraient d’avoir une idée des résultats obtenus. Selon nos observations, la stabilisation de la gourde après les injections est de très courte durée », a analysé l’économiste, qui souligne que la BRH a pourtant d’autres instruments pour conduire sa politique monétaire, comme la correction des réserves obligatoires, le taux d’intérêt sur les lignes de crédit pour résoudre le problème de déséquilibre de la gourde. 

Rappelant que les réserves internationales de la BRH ne contiennent que 310 millions de dollars, Eddy Labossière a fait savoir que la mesure d’injection de dollars est inadéquate aux exigences faites par les institutions financières internationales. « Elles exigent à la BRH d’avoir dans ses réserves au moins trois mois d’importation qui équivalent à 500 millions de dollars. Déjà, elle est au-dessous de ce chiffre, et elle veut injecter la moitié de ses réserves sur le marché pour une politique qui ne donnera aucun résultat. Cette décision cosmétique fera plus de mal au pays que de bien », a renchéri l’économiste.

Le taux de référence, une aberration

Eddy Labossière a aussi réagi à la déclaration du gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, qui admet que le taux de référence diffusé par la banque centrale n’est pas destiné à fixer le taux à la vente ni le taux à l’achat du dollar dans le pays. Ce taux de référence, selon M. Dubois, est obtenu à partir des prix du dollar pratiqués par les banques et les agents de change. Il est pondéré par un coefficient retenu par la BRH pour le secteur informel. « C’est une grande aberration », a critiqué l’économiste. « Ce n'est pas de cette manière qu’une banque centrale détermine son taux de référence. D’ailleurs le taux de référence d’une banque centrale qui se respecte est le taux avec lequel il prête de l’argent aux banques commerciales. C’est le taux qui guide l’économie. La BRH n’a pas de taux de référence. Comment la banque des banques qui est là pour contrôler les banques commerciales peut calculer son taux de référence à partir des taux qu’imposent ces banques et le secteur informel ? », s’est interrogé Eddy Labossière, soulignant que « la loi de juillet 2012 lui attribue un pouvoir énorme pour mener sa politique monétaire qui est, entre autres, la stabilisation des prix, le  respect de la valeur intérieure et extérieure de la monnaie ». 

« La banque centrale est passée nettement à côté de sa mission », a estimé l’économiste. « Le gouverneur de la banque centrale a les mains liées au pouvoir politique. Cela l'empêche de mener à bien sa politique monétaire en dépit de ses compétences », a-t-il conclu. 



Réagir à cet article