115 337 candidats attendus aux examens du baccalauréat vendredi

115 337 candidats vont passer les épreuves du baccalauréat du vendredi 1er juillet au mercredi 6 juillet 2022. Le ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a fait le point sur ces examens ce mercredi lors d'une conférence de presse.

Publié le 2022-06-29 | lenouvelliste.com

Le ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle se mobilise pour recevoir 115 337 candidats à travers le pays qui seront éparpillés dans 572 centres  d'examens et 1 873 salles de classe.

Sur cette liste, 101 108 candidats passeront les épreuves pour le bac unique NS4 à travers le pays, dont 49 693 candidats dans le département de l'Ouest. 

Pour le bac permanent NS4 : 9 652 candidats seront évalués, dont 4 345 candidats pour le département de l'Ouest, si l'on en croit l'adjoint du BUNEXE, Gérard Bélizaire.

De son côté, le directeur général du MENFP, le Dr Meniol Jeune, a donné la garantie qu'il n'y aura pas de dérapage, de soucis qui vont constituer un obstacle pour les candidats qui vont subir les épreuves de fin d'études classiques. Il a signalé que les mêmes consignes seront adoptées pour les candidats au cours de ces épreuves. 

« Tous les candidats impliqués dans des délits de fraude seront exclus des examens », a prévenu M. Jeune en conférence de presse ce mercredi. 

Miguel Fleuri Jean, de la Direction de l'enseignement secondaire a confirmé que toutes les dispositions ont été prises pour ces épreuves, par exemple la question de texte modèle et la séance de relecture pour que les questions soient claires pour l'ensemble des candidats. 

« Les candidats sont prévenus sur les thématiques d'évaluation des examens », a-t-précisé. 

Du 1er au 6 juillet, les élèves vont subir sur un total de 1 900 points cinq matières transversales ( philosophie, créole, mathématique, histoire et géochimie) et quatre matières générales ( anglais, physique, SVT, espagnol). Deux matières spécifiques pour les candidats de SCS qui sont économie et arts et musique.



Réagir à cet article