Une piqûre de rappel pour les acteurs de l’Alliance PROSAN

Dans le but de faire le point sur l’Alliance pour la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (PROSAN), une mission conjointe a été réalisée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’ambassade d’Espagne en Haïti et l'Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID), le 22 juin 2022. Les missionnaires en ont profité pour visiter des projets en cours d’exécution et discuter avec les différents acteurs impliqués dans ce mécanisme afin d’évaluer les activités déjà entreprises, identifier certaines contraintes et définir un plan de redressement afin de les relever.

Publié le 2022-07-01 | lenouvelliste.com

Pas moins de huit organismes nationaux et internationaux sont directement impliqués dans l’implémentation de l’Alliance pour la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Un an après le lancement de ce mécanisme dont l’objectif principal est d’améliorer la gouvernance et stimuler la production et la consommation alimentaire au niveau du département du Sud’Est tout en prônant le développement avec des stratégies différenciées, le temps est à l’évaluation.

L’éducation constitue la clé de voûte de la coopération espagnole dans ce département. Ainsi, après les discussions avec les membres de l’Alliance, la délégation s’est rendue tour à tour à l’École fondamentale d’application, centre d’appui pédagogique (EFACAP) de Marigot dont le financement a été assuré par cette coopération. Les discussions avec les responsables de cette école portaient sur la mise en place d’une bibliothèque. Et comme il s’agit d’une alliance contre l’insécurité alimentaire, la cantine scolaire a été également amplement discutée lors des échanges.

À cet effet, en plus de donner un plat chaud aux élèves, l’idée est également de soutenir la production dans cette partie du pays. Car si l’on en croit l’ambassadeur d’Espagne en Haïti, Sergio Cuesta, dans le cadre de la cantine scolaire, l’emphase sera mise sur les denrées produites dans le département du Sud-Est.

L’École atelier de Jacmel et le marché-en-fer de Jacmel ont été également visités. Le diplomate et plusieurs membres de la coopération espagnole ont longuement discuté avec le maire de Jacmel, Marky Kessa, sur les circonstances entourant un si grand retard dans l’exécution des travaux de rénovation de ce marché dont la pose de la première a été réalisée en février 2020 et lequel devrait accueillir la peinture et l’artisanat de la ville de Jacmel.

À défaut de parvenir à une date pour la reprise des travaux, M. Sergio Cuesta en a profité pour exposer les différents projets financés par la coopération espagnole en Haïti. À part de l’éducation, cette coopération repose sur deux autres piliers, à savoir l’eau et assainissement et l’agriculture. L’ambassadeur présente son pays comme étant le plus grand bailleur de la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA).

Une enveloppe de 100 millions de dollars américains, dit-il, était mobilisée pour la réalisation de certains travaux. Pour l’instant, soutient-il, l’on est à 70% des exécutions et l’idée est d’épuiser jusqu’à 90% des fonds mobilisés d’ici à l’année prochaine.

L’Alliance PROSAN pour garantir la sécurité alimentaire dans le Sud-Est

Tenue dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative Main dans la main de l’Organisation des Nations pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cette alliance vise à combattre la faim et la pauvreté sous toutes leurs formes au travers des projets supportés par la coopération espagnole dans le Sud-Est. Aussi cherche-t-elle à faciliter la gestion et la coordination des actions planifiées dans l’optique de favoriser la diffusion des informations sur les interventions, de faciliter le partage des connaissances et l’utilisation de bonnes pratiques en matière d’agriculture et de gestion de projets et de promouvoir des actions de mise en réseau des parties prenantes.

Le vœu des responsables est de continuer sur cette lancée tout en renforçant ce qui mérite d’être consolidé. Car, de l’avis du directeur départemental agricole du Sud’Est, Sylivio Ridoré, des projets financés par la coopération espagnole à hauteur de deux millions d’euros sont en train d’être implémentés dans ce département, notamment dans les communes de Jacmel, de Cayes-Jacmel, de Marigot, de Belle-Anse, de Thiotte et d’Anse-à-Pitre. Les acteurs, explique le responsable, unissent leurs forces pour lutter contre l’insécurité alimentaire, garantir le bien-être des populations du Sud-Est en réduisant la pauvreté dans cette partie du pays. Et tout se passe bien jusqu’à présent, si l’on se fie à ses propos.  

« En concentrant les efforts, en ayant des approches communes on peut vaincre l’insécurité alimentaire, ce mal qui ronge le pays », a expliqué Patrick David, le responsable de programmes de la FAO. Renfoncer la production, notamment la production agricole, agir sur l’accès et créer une synergie entre les acteurs, tels sont les principaux chantiers de l’Alliance PROSAN. Il y a du travail à faire. Treize mois après le lancement, des leçons sont apprises. Pour l’instant, ajoute M. David, l’on va continuer à travailler sur les stratégies d’approche afin d’avoir les meilleurs résultats possibles.



Réagir à cet article