ACHA

Marc Exavier sacré plume d’or à Port-de-Paix

Marc Exavier, l’auteur de « L’ombre si douce de l’Amandier : Chroniques d’une enfance à Saint Louis du Nord » a été sacré Plume d’or, le samedi 25 juin 2022, à Port-de-Paix. Il reçoit le prix Plume d’or à la 4e édition du week-end littéraire au bord de mer, une initiative de l’Alliance culturelle haïtienne (ACHA).

Publié le 2022-06-27 | lenouvelliste.com

« Il y a de très grands prix littéraires à travers le monde, mais ce prix-là que je reçois ce soir à Port-de-Paix, compte pour moi comme si c’était le plus grand prix du monde. C’est un honneur pour moi d’avoir été choisi par l’Alliance culturelle haïtienne et c’est un bonheur pour moi d’être ce soir à Port-de-Paix, le chef lieu du département du Nord’ouest, département dans lequel je suis né.  Je suis heureux d’avoir autour de moi des notables de la ville de Port-de-Paix, la cité de Tertulien Guilbaud, de Cauvin Paul et bien d’autres écrivains », a déclaré Marc Exavier, à l’hôtel Caciquat, rue Notre Dame, dans le quartier de la Coupe. Heureux comme un poisson dans l’eau, le poète et nouvelliste a salué les notables de la ville qui ont fait le déplacement. Il a remercié les écoliers sages qui buvaient ses paroles et les écrivains et les aritstes qui ont créé une atmosphère de festin littéraire à cette soirée qui clôturait la troisième vente-signature de ce week-end  dans cette ville fondée en 1644 par les Espagnols qui la nommèrent Valparaiso, autrement dit, la Vallée de délices.

Après les ventes-signatures au collège Étienne Saintil du pasteur Jean-Claude Thervil (jeudi 23), au collège Les Saints innocents de père Avril Wilky (vendredi 24) et à l'hôtel Caciquat (samedi 25), Marc Exavier a choisi ce moment pour clamer tout haut ses rêves. « Je prends part à un mouvement qui s’appelle villes-livres. Tout mon désir tend vers la ville-livre. »

Depuis des années, soutenu par C3 éditions, l’auteur de la série Nayou rêve de voir tout le pays s’épanouir en villes-livres. Il entend par là voir s’ériger dans chaque commune d’Haïti une bibliothèque, des clubs de lecture, des émissions culturelles à la radio et à la télévision.

Homme de radio, pendant des années, ce journaliste a animé des émissions culturelles sur les ondes. Avec verve, il a fait découvrir au public, à Port-au-Prince, nos hommes et femmes littéraires. De nos jours, cette tradition s’efface pour faire la place à d’autres passions et aussi à cette actualité écrasante dans notre quotidien.

« Je voudrais une Haïti avec des villes-livres où l’on parle de nos écrivains. Où l’on discute autour des livres de Gary Victor, de Dany Laferrière… je voudrais une ville où les livres circulent. Où la mémoire des villes est vivante.  Où les gens prennent l’habitude d’être le gardien de la mémoire de leur ville », dit-il sur une scène à demi-éclairée.

La plume d’or nouvellement sacrée par ACHA trouve anormal que les jeunes de Port-de-Paix ne connaissent pas Tertulien Guilbaud, Cauvin Paul, l’auteur de « Le vieux Samuel ».

Martenson Métayer, le président directeur de l’ACHA, institution fondée le 15 janvier 2018, à Montrouis, qui a mis sur pied cette activité, a salué Marc Exavier, ce fils du Nord’ouest qui fait un travail de mémoire. Il trouve en lui une grande générosité qui le pousse à ramener le lecteur au pays de son enfance.

Métayer, passionné de littérature, sent le temps s’arrêter lorsqu’il lit les pages de ''L’ombre si douce de l’amandier''. Pour l’initiateur du week-end littéraire au bord de mer et de la remise du Prix Plume d’or à un auteur de grande envergure, cette activité, dans les années à venir, va prendre sa vittesse de croisière. Aussi voit-il naitre de l’espoir dans le pays comme Ania et Nayou, personnages de papier qui distillent une autre image d’Haïti dans notre imaginaire.

Saint-Louis du Nord est cette ville du département du Nord’ouest qui a illuminé les pages de ce poète qui a reçu, à Port-de-Paix, la plume d’or. Tous les notables et écrivains qui ont prix la parole gardent en leur cœur un morceau de ce Saint-Louis du Nord que raconte Marc Exavier.

Parole d'âme

Pour le poète Douglas Zamor qui a chanté à cette soirée, « Marc Exavier est une bibliothèque vivante, un passeur de tradition disposé et disponible pour tout esprit intéressé à se frotter à la littérature. Ce prix que ce grand poète qui a vu le jour à Saint-Louis du Nord a reçu vient récompenser le travail de toute une vie de passion littéraire. »

Le comédien Jack Sander Céméus, à sa manière, a rendu hommage à l’enseignant qu’est Marc Exavier, à travers « Flè dizè », une lodyans de Jean-Claude Martineau. Jack Sander a retenu le souffle du public. Il est entré dans la peau du lodyanseur pour donner vie à la petite écolière de Martineau dans l’expression artistique d’une parole validée pour l’âme.

L’ancien ministre de l’Éducation nationale, Pierre Josué Agénor Cadet, auteur de « L'autre Jovenel Moïse ». après avoir parcouru tout le pays et des villes du monde, se souvient, des premiers poèmes de Marc Exavier qui ont bercé sa jeunesse.

Marc Exavier, c’est l’histoire de Saint-Louis, de Port-de-Paix, du département du Nord’ouest. C’est la fierté de celles et de ceux qui ont voyagé sur les ailes des livres d’un auteur qui écrit avec son âme. Ce samedi 25 juin 2022, à l’hôtel Caciquat, tout le monde est heureux que leur Marc à eux a reçu après Lyonel Trouillot, Frankétienne, Kettly Mars et Christophe Philippe Charles, une plume en or pesant quatorze carats.



Réagir à cet article