Les Etats-Unis justifient le renvoi des dizaines de milliers de migrants haïtiens en Haïti malgré l’insécurité

Publié le 2022-06-23 | lenouvelliste.com

Le secrétaire d’Etat à la Sécurité intérieure des Etats-Unis, Alejandro Mayorkas, a été questionné par la journaliste de Radio France Internationale (RFI), Stefanie Schuler, autour de la décision de l’administration américaine de renvoyer les ressortissants haïtiens en Haïti, en proie à l’insécurité. Est-ce que les Etats-Unis estiment qu’Haïti est un pays sûr pour y renvoyer des migrants ? À cette question, le secrétaire d’État Mayorkas a reconnu que le sujet agite des débats aux Etats-Unis tout en justifiant la décision de son administration de renvoyer les migrants haïtiens. « Nous avons étudié la situation du pays pour déterminer si elle justifiait l’octroi du TPS. Nous avions étudié la situation et décidé que le TPS était justifié. Après la mort du président Jovenel Moïse, nous l’avions prolongé. Mais à l’heure actuelle, nous pensons que la situation actuelle du pays ne justifie pas une prolongation ou une nouvelle dénomination du statut de protection temporaire. Nous renvoyons donc ces personnes en Haïti », a déclaré Alejandro Mayorkas. 

L’officiel américain s’est toutefois dit conscient de la violence en Haïti et la multiplication des gangs armés. Il évoque la collaboration avec l’USAID et le département d’Etat américain pour investir en Haïti. Le secrétaire d’Etat dit vouloir construire des voies sûres pour que les Haïtiens puissent venir aux Etats-Unis. « Lors du Sommet des Amériques, nous avons parlé de notre engagement à étendre le programme de regroupement familial haïtien comme l’une des voies possibles », a-t-il fait savoir. 

Selon les données de l’OIM, du 19 septembre 2021 à avril 2022, les Etats-Unis ont renvoyé en Haïti un total de 21 380 migrants. Ces migrants ont été renvoyés dans leur pays sur la base d’un dispositif mis en œuvre par l’administration de Donald Trump, communément appelé « Titre 42 ». Cette loi permet, dans le contexte de la pandémie, d’expulser sans délai les migrants franchissant sans visa les frontières terrestres des États-Unis. En mai dernier, un juge fédéral de Louisiane a empêché l’administration Biden de lever cette mesure. « L'administration n'est pas d'accord avec la décision du tribunal et le ministère de la Justice a annoncé qu'il ferait appel, avait déclaré dans un communiqué Karine Jean-Pierre, porte-parole de l'exécutif, en précisant qu'en attendant, la mesure Title 42 continuerait d'être appliquée ».



Réagir à cet article