Dix camions-citernes transportant du carburant détournés en deux jours à Varreux

Publié le 2022-05-05 | lenouvelliste.com

Des conflits armés entre gangs se sont intensifiés ces dernières semaines dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince. La guerre entre ces groupes armés à Cité Soleil et au bas de Delmas a eu des conséquences directes sur le fonctionnement du terminal pétrolier de Varreux. En deux jours, les bandits ont détourné dix camions-citernes dans la zone. Une situation qui complique davantage la pénurie de carburant observée dans le pays.

Si le mardi 3 mai les bandits ont détourné à Varreux six camions-citernes transportant du carburant, le mercredi 4 mai, ils ont détourné pas moins de quatre autres camions-citernes. Le terminal pétrolier de Varreux a dû interrompre ses activités.

Selon un rapport de la Protection civile, la guerre des gangs armés paralyse également le fonctionnement du plus grand terminal de stockage de carburants du pays, alors que le pays fait face à une pénurie de carburants depuis plusieurs semaines. « Le mardi 3 mai, des gangs armés ont détourné 10 camions-citernes transportant du carburant qui quittaient le terminal pétrolier de Varreux. Un bon nombre de camions- citernes seraient bloqués à Santo depuis le dimanche 24 avril », a détaillé la Protection civile.

Depuis plusieurs semaines, la plupart des stations à essence dans l’aire métropolitaine sont fermées en raison de la pénurie de carburant. À Varreux les produits pétroliers sont disponibles, mais la guerre des gangs et le détournement des camions-citernes nuisent à l’approvisionnement des stations-service.

Jusqu’au mardi 3 mai, le centre de stockage de carburant à Varreux disposait de 6 850 000 gallons de gasoline, soit une consommation locale de 14 jours et de 5 575 000 gallons de diesel pour une consommation locale de 12 jours.

Malgré les tensions du mercredi 4 mai, le terminal de Varreux a pu charger et livrer un total de 59 camions-citernes, ce qui représente 220 121  gallons de diesel et 240 960 gallons de gasoline.



Réagir à cet article