Le plasticien Mario Benjamin lancé sur le web

Le Kolektif 509 a lancé officiellement le site internet mariobenjamin.art le vendredi 1er avril 2022 à Villa Kalewès. Ce site permet de rencontrer le nouveau Benjamin. Le Benjamin qui affirme sa propre identité artistique. Le Kolektif, via ce site, entend créer une nouvelle ouverture sur l’artiste, ses œuvres et ses projets.

Publié le 2022-04-13 | lenouvelliste.com

Mario Benjamin, l’un des plus importants plasticiens contemporains, est doté d’un site internet, le mariobenjamin.art. Le Kolektif 509 a procédé à son lancement officiel le vendredi 1er avril 2022 à Villa Kalewès. « mariobenjamin.art » est avant tout l’expression d’une volonté de mieux exposer Mario Benjamin aux Haïtiens et au monde entier. « Benjamin est l’un des plus grands artistes contemporains. Il participe à de grandes expositions dans le monde. Il souffre, cependant, d'un manque de reconnaissance surtout dans le pays », a lâché Xavier Dalencour, co-fondateur du Kolektif 509. « En lançant ce site, nous pensons ouvrir une porte à travers laquelle Benjamin et ses œuvres seront accessibles au monde entier », a-t-il ajouté. 

Le site est opérationnel depuis la fin du mois de mars 2022. Il donne accès uniquement aux récentes œuvres de l'artiste. « C’est un choix stratégique », a confié Dalencour. Mario Benjamin est encore casé dans l’esthétique hyperréaliste, une esthétique sur laquelle il a construit ses premiers succès mais qu’il tente depuis quelque temps de s'en défaire. « Je n’ai laissé publier rien qui soit habituel au public », a informé le plasticien.  Avec les œuvres qui sont sur le site, l’artiste veut continuer ce combat, proposant des œuvres qui parlent de sa propre identité. « Elles peuvent toujours procurer un sentiment, une émotion, mais elles ne laissent aucune place d’y poser un discours ou un récit. Elles partent du néant pour aller vers le néant. C’est le but ». 

Avec cette esthétique, le peintre veut se démarquer de l’art haïtien pour aller vers une universalité. Selon Benjamin, « l’art haïtien est enfermé dans un cocon lié au paysage et au vaudou. C’est ridicule que tous les artistes haïtiens se plongent dans un seul univers esthétique. Cela handicape la créativité ». Le peintre ne veut rien avoir d'identiques aux thèmes de référence de l'art haïtien dont le vaudou, les paysages entre autres. « Ce n’est pas parce que je hais Haïti ou l’art haïtien. Mais je veux que mes œuvres reflètent l’identité d’un artiste du monde », a précisé Mario Benjamin qui a entamé cette rupture il y a environ 8 ans. La transition n’a pourtant pas été instantanée à en croire l’artiste. « Il y avait une dimension marchande qui a empêché une rupture brutale. Au début de la transition, j’ai gardé les deux styles avant qu’un jour je ne laisse ma conviction prendre le dessus. Cela a été payant, car aujourd’hui mes récents travaux me rapportent encore plus », a révélé le quinquagénaire, faisant savoir qu’à la fin de l’année, il vend la moitié de sa production annuelle. La majorité des commandes viennent de la diaspora.

« mariobenjamin.art » rend accessibles aussi des informations sur l’ensemble des expositions que l’artiste a réalisées durant sa longue carrière. Des vidéos, des audios, des articles de presse sont aussi disponibles sous forme de lien sur le site.

« mariobenjamin.art » a été créé par le webmaster guadeloupéen Kenley Lerus, grâce au programme Kore Kilti de Viva Rio et Chantier du Sud avec le soutien de la délégation de l’Union européenne en Haïti. En revanche, la conception esthétique et les informations qu’il contient sont de Mario Benjamin. Kolektif 509, spécialisé dans la promotion des artistes haïtiens, s’est chargé de l’aspect administratif.

Mario Benjamin, peintre, sculpteur, est né en 1964 dans un univers artistique. Autodidacte, il se forme dans la bibliothèque familiale et dans les musées qu’il avait l’habitude de visiter. Son père Fritz Benjamin, et sa mère, deux amateurs d’art l’ont encouragé à peaufiner sa dextérité artistique, voyant que leur enfant, de très tôt, avait une adresse de la main particulière avec les pinceaux.



Réagir à cet article