Crise politique

Un collège présidentiel de cinq membres, « la pire décision à adopter », estime Evans Paul

Publié le 2022-01-19 | lenouvelliste.com

Les signataires du consensus politique Montana-PEN avancent dans leur projet de former un collège présidentiel de cinq membres qui, selon eux, doivent gérer la transition de deux ans. Pour l’ancien Premier ministre Evans Paul,  c’est la pire des décisions à envisager. Un projet qui, a-t-il ajouté, rendra le pays encore plus dysfonctionnel et plus instable.

« J’appuie tout effort de dialogue, d’entente ou d’accord bienveillant susceptible de sortir Haïti de l’impasse de la grande confusion qu’entraînent les différents projets, les uns plus ambigus que les autres, en vue de la gouvernance intérimaire du pays », a affirmé l’ancien chef de la Primature. « Je suis cependant très sceptique à l’idée d’instaurer un conseil présidentiel de 5 membres à la tête de l’État ». 

À en croire Evans Paul, un collège présidentiel de cinq membres, « ce serait à mon humble avis la pire décision à adopter qui, loin de favoriser l’harmonie, rendrait l’État, déjà faible, dysfonctionnel ».

« … en plus d’une logistique budgétivore et complexe qui coûterait trop cher au pays,  confronté à une situation de disette financière, chaque petite décision nécessiterait d’énormes négociations, sans référence constitutionnelle ou légale, conduirait au chaos », a prévenu le leader de l’organisation politique KID dans une interview accordée au Nouvelliste.

Selon Evans Paul, il sera très difficile de trouver l’adhésion de la population à une telle formule déjà expérimentée malheureusement il y a 66 ans, dans le cadre d’un gouvernement collégial, implosé après environ deux mois, en 1956. « Cette idée utopique, dangereuse et contre-productive, risque d’intensifier l’ambiance d’instabilité politique chronique qui déstabilise l’État depuis plusieurs décennies », a soutenu l’ancien Premier ministre

Evans Paul appelle les protagonistes de la crise à faire preuve d'imagination, dans la recherche d’une solution plausible à cette impasse de gouvernance intérimaire. « Il conviendrait, tout en se souciant de répondre à l’urgence du problème de l’insécurité et des conditions de vie de plus en plus exécrables des Haïtiennes et des Haïtiens, d’éviter une transition trop longue, illégitime et sans attache populaire », a-t-il exhorté.

« Nous devons nous montrer pragmatiques, en favorisant l’option d’une réforme constitutionnelle, génératrice de facteurs politiques, économiques et sociaux rationnels, indispensables au vivre-ensemble, par le rétablissement des institutions démocratiques au plus vite, à travers des élections libres et honnêtes », a appelé M. Paul.

Selon le consensus politique entre l’accord de Montana et le PEN, chacune des trois structures suivantes désignera un membre au collège présidentiel : l’accord de Montana, le Protocole d’entente nationale (PEN) et le gouvernement en place. Selon les critères définis par le Conseil national de transition, une structure mise en place dans le cadre de l’application de l’accord de Montana, des organisations importantes de la société civile désigneront les deux autres membres du collège présidentiel après validation par les membres du consensus politique. « Le collège présidentiel comportera au moins une femme », a précisé le consensus politique.

Le nouveau Premier ministre du gouvernement de transition sera désigné selon les mécanismes de l’accord de Montana, a précisé le consensus politique.



Réagir à cet article