Rencontres de création haïtiano-dominicaine : la 3e étape est lancée

Initiée par l’association culturelle Sol Scène, la 3e étape des Rencontres de création haïtiano-dominicaine a été lancée au Yanvalou, le mardi 11 janvier 2022. Entre causerie, conférence, restitution d’atelier de travail, exposition, une série d’activités coiffées du thème « Imaginer les frontières » se tient à Port-au-Prince jusqu’à ce 22 janvier.

Publié le 2022-01-11 | lenouvelliste.com

« Pourquoi imaginer les frontières ?... Nous avons réalisé notamment qu’entre Haïti et la République Dominicaine, nous avons beaucoup d’échanges au niveau démographique, mais il y a un pont sur lequel on passe très peu : le pont de l’art et de la culture… Questionnant beaucoup d’autres artistes autour de nous, on a donc réalisé qu’il est plus facile de monter des projets avec la France, le Canada, les États-Unis, la Belgique, l’Espagne, des pays pourtant très éloignés, alors qu’on a très peu d’échanges entre des troupes haïtiennes qui vont en République Dominicaine, de troupes dominicaines qui viennent en Haïti, ou encore des projets bilatéraux qui sont mis en place au niveau de l’art et de la culture. De fait, c’est ce qui a motivé l’association Sol Scène à mettre en place ce projet de rencontres, de créations haïtiano-dominicaines », a expliqué Daphné Ménard, directeur artistique du projet.

Homme de théâtre dominicain, Tomás Hubier a travaillé en binôme avec le comédien haïtien Dérilon Fils Dérilus Joseph. Transcendant les frontières que pourrait imposer la langue, ces deux voisins se sont mis à l’ouvrage et ont laissé l’art prendre le dessus. Ils présenteront au public une restitution de leur laboratoire de travail le vendredi 14 janvier 2022 au Yanvalou. « Je suis très fier et honoré de participer à ce laboratoire de création et de voir le processus de création des artistes haïtiens. Nous avons déjà commencé à travailler et nous sommes très excités à l'idée de vous présenter quelque chose de plus concret et de qualité honorable. Notre travail se base surtout sur la création des identités haïtiennes et dominicaines et des différents processus, des différents moments qui ont mené à la création de chacune de ces identités », a-t-il indiqué.

« C’est un plaisir de prendre part à ce projet que j’ai aussi contribué à mettre sur pied. Travailler avec un étranger ne parlant pas votre langue, c’est quelque chose d’assez extraordinaire. Je suis donc à la fois tout excité de travailler avec lui et de partager avec le public un travail effectué par deux personnes issues de deux horizons différents s’étant appuyé sur l’art pour créer », a poursuivi de son côté Dérilon Fils Dérilus Joseph, ayant pris part également à ce panel de cette conférence de presse.

Partenaire de ladite initiative, l’ambassadeur d’Espagne en Haïti, Sergio Cuesta Francisco a estimé qu’une initiative à l’instar des Rencontres de création haïtiano-dominicaine était la preuve que la crise que connaît actuellement le pays ne devrait pas baliser la culture. « On sait tous que la situation politique et sécuritaire d’Haïti est compliquée, mais justement, ce n’est pas une raison pour ne pas prioriser la culture. Au contraire, il faut éviter que la situation actuelle finisse par décapitaliser culturellement Haïti. Et nous, nous voulons ajouter des pierres dans l’édifice de la culture d’un côté et de l’autre de l’île », a fait remarquer Cuesta Francisco.

« Le thème tombe à point nommé : Imaginer les frontières. D’ailleurs, les frontières sont imaginaires avant d’être physiques, et c’est avec plaisir que l’ambassade de Suisse participe à la réalisation de ce projet dont l’un des objectifs est de renforcer les relations haïtiano-dominicaines à travers l’art… Nous estimons plus que jamais que la poursuite de ce dialogue, de ce rapprochement s’avère nécessaire, d’où la volonté de l’ambassade de Suisse de soutenir cette initiative », a affirmé, pour sa part, leur représentant, Grégory Jean.

Pour cette troisième étape, une série d’activités (conférences, causeries, atelier, exposition de photos) est prévue dans la capitale haïtienne du 9 au 22 janvier 2022, notamment au Yanvalou, au local du collège Les Normaliens Réunis, de l’Académie nationale diplomatique et consulaire (ANDC) et de l’Université Épiscopale d’Haïti, ainsi qu’au Centre culturel Brésil-Haïti. Toutes les activités sont gratuites.



Réagir à cet article