Financement record de la BID en 2021, 300 millions de dollars de projets approuvés pour Haïti

Publié le 2021-12-22 | lenouvelliste.com

La Banque interaméricaine de développement (BID) et sa branche du secteur privé, BID Invest, prévoient de clore l'année 2021 avec 19,5 milliards de dollars américains de nouveaux financements pour l'Amérique latine et les Caraïbes, ayant aidé les pays à se remettre de la pandémie et inaugurer une ère de croissance durable et inclusive, annonce un communiqué de la BID.

Concernant Haïti, si l’on tient compte des approbations faites pour tout le groupe, c'est-à-dire BID, BID invest et BID Lab, les engagements financiers s'élèvent à 300 millions de dollars américains. Ces projets concernent différents secteurs comme l’éducation, l’industrie et l’agroalimentaire.

Entre autres projets concernés par ce montant l’on retient le financement non remboursable de 65 millions de dollars américains pour contribuer au développement économique durable du Nord d'Haïti, en favorisant les conditions nécessaires à l'implantation et à l'expansion d'entreprises dans le Parc industriel de Caracol (PIC), dans le Nord du pays.

La stratégie principale du programme est d'établir la base opérationnelle et les infrastructures nécessaires pour que le PIC devienne un parc industriel prospère dans les Caraïbes, attirant les investissements et devenant autonome. Cette nouvelle opération portera l'investissement total de la BID dans le PIC à 263,5 millions de dollars américains, conformément à l'engagement initial de financer les infrastructures nécessaires pour que le parc génère 20 000 emplois. D'ici 2026, une fois les décaissements pour cette opération de la Banque terminés, le PIC sera le plus grand parc industriel d'Haïti autonome employant environ 22 000 travailleurs.

La Banque a également approuvé un projet de 60 millions de dollars américains pour améliorer la sécurité alimentaire des ménages ruraux (y compris les agriculteurs, les pêcheurs, les marchands de fruits de mer et les travailleurs en zone rurale d'Haïti), en favorisant la productivité et la connectivité aux marchés ruraux. Ce projet divulgué par la BID à travers un communiqué publié le 2 décembre 2021 intègre un cofinancement de 18,3 millions de dollars du Programme mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP),
sans oublier l’approbation d’une subvention de 50 millions de dollars américains pour l'amélioration de l'éducation de base en Haïti. Le projet appuiera le gouvernement dans la mise en œuvre des domaines clés du nouveau Plan sectoriel pour l'éducation 2020-2030 (PDEF).

Ce projet offre un appui à la gouvernance et au renforcement institutionnel du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), aussi bien au niveau central qu'au niveau décentralisé. Le projet appuiera l'augmentation de l'accès à une éducation de qualité dans les écoles publiques et non publiques de six localités du Nord du pays.

Ce projet s'inscrit dans la continuité du financement que la BID a consacré au secteur éducatif d'Haïti et fait partie des différents efforts en cours afin de poursuivre l'amélioration de l'enseignement et l'apprentissage dans l'éducation de base. Le projet soutient la vision à long terme du PDEF et apporte une réponse aux impacts subis par le secteur à cause de la pandémie de Covid-19 ainsi que du «peyi lòk», mais aussi les fréquentes fermetures d'écoles, la perte d'opportunités d'apprentissage et les contraintes financières pesant sur les familles haïtiennes.

Par ailleurs, les nouveaux financements de 19,5 milliards de dollars américains  pour l'Amérique latine et les Caraïbes représentent le deuxième total annuel le plus élevé de l'histoire de la BID et de BID Invest en matière de financement et vont aider les pays à investir dans des priorités allant des soins de santé et de la numérisation de l'ère Covid-19 à l'action contre le changement climatique, les chaînes d'approvisionnement et l'éducation.

Le financement contribuera également à réduire les inégalités entre les sexes, à étendre les écosystèmes entrepreneuriaux et à renforcer les petites et moyennes entreprises, qui représentent plus des deux tiers des emplois de la région.

La combinaison des approbations de prêts de la BID (14 milliards de dollars américains) et des engagements financiers attendus de BID Invest (5,5 milliards de dollars américains) et des mobilisations du secteur privé (2,8 milliards de dollars américains) ont totalisé 22,3 milliards de dollars américains.

L'Amérique latine et les Caraïbes sont la région la plus durement touchée par la pandémie. Abritant environ 8 % de la population mondiale, elle représente près d'un tiers de tous les décès dus à la Covid-19, soit plus de 1,5 million de personnes. La région continue également de faire face à de fortes inégalités et à de graves problèmes économiques et sociaux.

« Cette année, nous avons démontré comment une BID du XXIe siècle peut donner aux pays les moyens de surmonter des défis inimaginables et d'ouvrir la voie à une nouvelle décennie de prospérité. Nous l'avons fait en écoutant attentivement nos clients et nos pays membres et en tirant partie de notre capital humain exceptionnel pour créer des financements innovants et des partenariats avec le secteur privé qui amélioreront la reprise de la région », a déclaré le président de la BID, Mauricio Claver-Carone.

« La pandémie a créé des défis sans précédent, mais elle a également ouvert des opportunités historiques de croissance à l'Amérique latine et aux Caraïbes, en particulier dans des domaines tels que la numérisation, le nearshoring et les chaînes d'approvisionnement – et nous sommes fiers d'être là, concentrés sur l'aide aux pays pour saisir ces opportunités », a-t-il ajouté.

Au total, la BID a approuvé 103 projets en 2021 pour un total de 14 milliards de dollars américains, tandis que les décaissements devraient atteindre 12,1 milliards de dollars américains. Dans le contexte de la Covid-19, le financement a aidé les pays à obtenir des vaccins qui sauvent des vies et un accès accru au crédit afin que les petites et moyennes entreprises, principaux moteurs de l'emploi, puissent développer leurs activités.

De nouveaux projets et financements accéléreront la numérisation afin que les pays puissent améliorer les services publics, élargir l'accès à l'éducation, accroître la transparence et lutter contre la corruption. Le financement contribuera également à améliorer la formation aux compétences numériques pour enrichir le capital humain de la région.

Au milieu d'une reconfiguration historique du commerce international, la BID a approuvé 2,3 milliards de dollars américains pour renforcer les chaînes d'approvisionnement régionales, doublant presque le montant moyen des trois années qui précédent la pandémie. Cela aidera les pays à profiter d'une nouvelle opportunité tangible, amplifiée par la pandémie et la crise mondiale des chaînes d'approvisionnement, pour attirer les investissements étrangers directs et augmenter les exportations de biens et de services.

La BID a également travaillé avec 16 pays pour identifier les avantages clés des exportations et de la chaîne d'approvisionnement, y compris, par exemple, dans le secteur des semi-conducteurs du Costa Rica et le secteur du textile dans les pays d'Amérique centrale.



Réagir à cet article