Pénurie de carburant : les motos-taxis mettent la région métropolitaine sous tension

Publié le 2021-10-21 | lenouvelliste.com

Une vive tension a régné dans plusieurs artères de la région métropolitaine ce jeudi. Des motards, mécontents à cause de la rareté du carburant dans les stations d’essence, ont érigé des barricades de pneus enflammés dans plusieurs endroits à Port-au-Prince et de ses environs. Des barrages ont été observé à Pétion-Ville, sur la route de Frères, au Canapé-Vert, sur la route principale de Delmas, sur la route de l’aéroport, au Carrefour Vincent... Une caravane de motards a sillonné plusieurs points de la région métropolitaine. Certains des protestataires, encagoulés, se sont montrés très agressifs. Dans certains endroits, ils ont utilisé leur moto pour bloquer la route. Des jets de pierre ont été lancés notamment à Canapé-Vert, Turgeau, Pétion-Ville, Lalue et Nazon. La circulation était impraticable dans ces secteurs durant plusieurs heures.

Le mouvement de protestation des chauffeurs de motos a engendré une énorme panique dans la région métropolitaine. Certains parents, inquiets, ont réclamé leurs enfants dans les établissements scolaires avant l’heure. Des employés de l’administration publique et des entreprises privées ont dû quitter leurs bureaux en tombe. La police n’est pas intervenue pour limiter l’action des protestataires.

Les chauffeurs de moto sont très remontés contre la pénurie des produits pétroliers dans les stations d’essence. Certains en ont profité pour critiquer les propriétaires de certaines stations qu’ils accusent de « fabriquer » cette pénurie. Ils menacent de s’en prendre à ces stations d'essence. D’autres ont critiqué la passivité des autorités « qui n’ont rien fait pour résoudre le problème ». En début de semaine, des dizaines de motards s'étaient massés devant la résidence officielle du Premier ministre Ariel Henry pour exiger du chef du Conseil supérieur de la police national (CSPN) le rétablissement d’un climat sécuritaire pour faciliter le transport du carburant.

Ce mouvement de protestation des chauffeurs de motos survient dans un contexte de grève des transporteurs de produits pétroliers. Dans une note de presse publiée mardi dernier, l'Association des chauffeurs de produits pétroliers d'Haïti (ACPPH) a informé le public en général et les propriétaires de stations d'essence en particulier que «  vu la montée grandissante de l'insécurité sur toute l'étendue du territoire national, qui fait beaucoup de victimes (enlèvement, viol, etc..) et qui décapitalise notre société en payant des rançons, l'association porte à la connaissance du peuple haïtien qu'un arrêt de travail sera observé sur tout le territoire national à partir du 21 octobre 2021, pour dire non au phénomène de l'insécurité, particulièrement le kidnapping qui met les citoyens et citoyennes hors de toute liberté ». En raison de la pénurie, le gallon de gazoline se vend jusqu'à 1500 gourdes ou plus alors que le prix à la pompe est de 201 gourdes. En conséquence, les prix des trajets ont augmenté de manière exponentielle. Ce qui crée des tensions entre les chauffeurs et les passagers.



Réagir à cet article