Consensus et paresse rythment l’avenir d’Haïti

Publié le 2021-10-15 | lenouvelliste.com

Le mandat du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) a été renouvelé par le Conseil de sécurité de l’ONU après une bataille entre Américains et Chinois sur la durée et la mission de cet appendice.

Les Chinois penchaient pour un court mandat de six mois, les Américains pour 12, un consensus a été trouvé pour un mandat de neuf mois.

Ce consensus, modèle du genre dans les relations internationales et dans toutes les négociations, devrait inspirer nos hommes politiques.

La Chine et les USA, deux membres permanents du Conseil de sécurité, disposant chacun du droit de véto, étaient en mesure de se neutraliser et bloquer la résolution sur Haïti. Au final, ils se sont entendus pour un accord gagnant-gagnant.

Qu’est-ce qui empêche notre classe politique de se retrouver au milieu du pont après être passé sur leur égo pour signer un accord ?

Aucun des groupes en présence ne dispose de droit de véto, aucun n’est légitime, aucun ne dispose d’un pouvoir légal, aucun ne propose une solution à nos crises qui provoque enthousiasme et attente, aucun des groupes en présence ne dispose d’un appui populaire certain. Aucun n’est plus fort que l’autre et voilà que la puissance de l'ivresse des faibles leur interdit de s’entendre sur le minimum.

Comme si toutes ces considérations n’étaient pas connues, aucun des groupes en présence, qui souhaite diriger Haïti dans les mois à venir, ne mène campagne pour convaincre la population de la qualité de sa solution.

Ariel Henry et son accord ne peuvent ni monter un nouveau gouvernement ni un nouveau Conseil électoral provisoire pour le moment. Les entités réunies autour de l’accord de Montana ne donnent pas l’impression qu’il y a urgence pour eux de passer à une phase active.

Les deux camps sont assis sous l’arbre de la chance et attendent que le pouvoir comme un corossol leur tombe entre les mains.

La patience, la force, la ruse ou le consensus quel sera le stratagème qui sera en application les prochains jours ?

En attendant, le BINUH a son mandat en main pour continuer à faire comme si. Nouvelle constitution, élections, lutte contre l’insécurité, relèvement économique, renforcement de la justice ou aucune de ces réponses, qui peut dire quels seront les points forts de son bilan en juillet 2022.

Le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti et les politiciens haïtiens partagent la paresse comme d’autres recherchent activement le consensus.



Réagir à cet article