Jean Baden Dubois : « Les importations augmentent, les recettes douanières diminuent»

Publié le 2021-10-14 | lenouvelliste.com

Les importations augmentent tandis que les recettes douanières diminuent. Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Jean- Baden Dubois, a tiré la sonnette d’alarme sur la diminution des recettes douanières lors de sa participation, cette semaine, via Zoom, au « Mercredi de réflexion » de la Banque interaméricaine de développement (BID). « Les importations ont connu une progression de 22,7%.  Toutefois les recettes douanières ne suivent pas le rythme. Elles ont diminué de 4% », a regretté le numéro un de la banque centrale.   

Malgré une baisse des recettes (fiscales et douanières), atteignant seulement 65% des prévisions, toutes les dépenses prévues au préalables ont été réalisées.  Quand les ressources ne sont pas au rendez-vous, cela tend à affecter les dépenses d’investissement, a déploré le gouverneur, précisant que ces dépenses en question ont chuté de 32%. La diminution des recettes a d’autres impacts néfastes sur la finance du pays. Le gouverneur n’a pas manqué à son devoir de faire comprendre la gravité de la situation financière du pays : « L’État emprunte de l’argent pour honorer ses dettes externes », a révélé Jean-Baden Dubois, soulignant qu’il y a un besoin crucial de collecter plus de ressources.

Incapable de collecter des ressources, l’État a sollicité auprès de la BRH du financement monétaire. Pour cet exercice, le financement monétaire a enregistré une hausse de 27% cette année. « C’est une préoccupation pour la BRH parce que le financement monétaire dévalorise la gourde », a dénoncé une fois de plus le gouverneur, Jean-Baden Dubois. Depuis quelques mois, la gourde ne cesse de perdre de sa valeur par rapport aux autres devises étrangères, notamment le dollar.  

Comment le gouvernement va-t-il s’y prendre pour renverser la situation en ce temps-ci marqué par des crises sociopolitiques complexes ? Quelles sont les stratégies à déployer pour que la Direction générale des impôts (DGI) et l’Administration de la douane (AGD) puissent collecter plus de recettes ? Le gouvernement sera-t-il en mesure de gagner la lutte contre la contrebande ? Les dépenses de l’État seront-elles plus efficaces ?

Jusqu’à présent, les autorités gouvernementales qui mènent la barque ne montrent pas encore qu’elles sont en mesure de donner une nouvelle direction au pays par rapport à leurs prédécesseurs. Elles ne montrent aucune velléité de combattre la corruption sous toutes ses formes, d'entamer des poursuites judiciaires contre les personnes dénoncées par la clameur publique.  Les autorités gouvernementales ne montrent pas leur engagement à pratiquer la bonne gouvernance et promouvoir la transparence budgétaire.       

   L'instabilité et l'insécurité, deux éléments très réfractaires à la croissance économique, demeurent des défis insurmontables pour l'Etat haïtien. Vu sous cet angle, le marasme économique dont souffre le pays a encore de beaux jours devant lui.



Réagir à cet article