Accord politique/Crise

Des acteurs politiques en discussion pour trouver un compromis sur les trois accords en conflit

Publié le 2021-10-05 | lenouvelliste.com

À la suite de la rencontre la semaine dernière entre Brian A. Nichols, secrétaire d’Etat adjoint aux affaires des Amériques, le sous-secrétaire d’Etat Juan Sebastian Gonzales, des responsables politiques haïtiens et d'organisations de la société civile, des leaders politiques comme Evans Paul, Eric Jean Baptiste, Jerry Tardieu, Joseph Lambert, entre autres, tentent de trouver un compromis pour réduire le nombre d’accords politiques actuellement en discussion.

Il s’agit d’une concertation entre des dirigeants politiques en vue de réduire le nombre d’accords politiques sur le tapis et former une société politique pour discuter avec la société civile, a confié au Nouvelliste Evans Paul, mardi à l’issue d’une première rencontre avec des responsables de partis politiques. L’ancien Premier ministre de l’administration de Martelly a souligné au journal que cette initiative ne vise pas à présenter un quatrième accord politique.

« Nous ne sommes pas en train de travailler sur un autre accord politique ni pour créer une autre entité ni un autre forum », a précisé le leader de l’organisation politique KID. Evans Paul a souligné qu’il y a entre les acteurs politiques qui se sont entretenus le mardi 5 octobre 2021 « une volonté de trouver un compromis, une volonté de s’associer aux autres ».

L’ancien numéro un de la Primature a fait remarquer au journal qu'à cette première rencontre ce mardi ont pris part des représentants de l’accord PEN, le secrétaire général du RDNP, Eric Jean Baptiste ; le responsable du parti politique En Avant, Jerry Tardieu, le sénateur Joseph Lambert, entre autres. Evans Paul a estimé que si les politiques arrivent à trouver un accord entre eux, cela facilitera le dialogue avec les organisations de la société civile.

Pour le moment, a précisé l’ancien chef de la Primature, les négociations portent sur un compromis entre un pouvoir monocéphale et un pouvoir bicéphale. « Monocéphale ou bicéphale, il faut trouver un compromis, une entente », a-t-il soutenu.

Pour sa part, le secrétaire général du RDNP a indiqué au journal que son parti reste attaché à un fusionnement des trois accords, à savoir le PEN, l’accord de Montana et l’accord pour une gouvernance apaisée signé entre le Premier ministre, des leaders politiques de l’ancienne opposition politique. « On essaie de voir comment mettre tout le monde ensemble afin de trouver un grand compromis historique en faveur du pays », a-t-il révélé.

Selon Eric Jean Baptiste, ces rencontres entre des politiques ne visent pas à présenter au pays un quatrième accord politique, mais à trouver un « grand compromis national. »  Il a donné la garantie que son parti est prêt à faire des sacrifices pour sortir le pays de la crise.

Deux mois après l’assassinat du président Jovenel Moïse chez lui le 7 juillet dernier, les acteurs politiques et les organisations de la société civile sont toujours incapables de se mettre d’accord sur comment sortir le pays de la crise. En visite dans le pays la semaine dernière, Brian A. Nichols, secrétaire d’Etat adjoint aux affaires des Amériques, et le sous-secrétaire d’Etat Juan Sebastian Gonzales ont fait savoir que les États-Unis ne vont pas imposer leur solution à la crise. Ils ont dit espérer que les protagonistes adopteront une vision unique pour l’avenir d’Haïti…



Réagir à cet article