CNT : 52 membres pour élire un président et un Premier ministre, le mécanisme est lancé

La Commission pour la  recherche d’une solution haïtienne  à la crise (CRSHC) avance dans son projet. Actuellement l’accord proposé par cette structure a déjà récolté plus de 370 signatures. Selon Jacques Ted St-Dic, membre de la CRSHC, le cap est mis sur la création d’un bureau de suivi et la mise en place du Conseil national de transition, l’instance qui sera chargée de choisir les deux têtes de l’exécutif (un président et un Premier ministre) qui devront diriger la transition de deux ans.

Publié le 2021-09-09 | lenouvelliste.com

L’accord du 30 août repose sur des piliers fondamentaux qui ont su drainer des partisans : le retour à l’ordre constitutionnel de 1987,  l’établissement d’un exécutif composé d’un président, d’un Premier ministre et du gouvernement, entre autres. Cependant, la formation d’un Conseil national de transition constitue un nœud gordien. L’accord confère à cette structure le pouvoir de choisir le président de la République et le Premier ministre de la transition qui devra durer deux ans. « Le Conseil national de transition sera composé de 52 membres qui seront issus de tous les secteurs de la société civile organisée en plus des partis politiques et des pôles politiques. Le CNT sera composé de 25 représentants de partis politiques et de 27 représentants de la société civile. Ce sont eux qui choisiront le Premier ministre et le président. Ce sera une forme d’élection au second degré », a précisé Ted St-Dic, lors de sa participation à l’émission « Sa k ap kwit », réalisée sur télé 20 le mardi 7 septembre.

L’actuel Premier ministre, Ariel Henry, une fois ces personnalités désignées, si l'on passe le cap, sera confronté à cette nouvelle réalité politique. « La  force politique qui  découlera de cet accord s’imposera par rapport à la réalité du pays. On devrait aussi parler à la communauté internationale pour lui dire qu’il faut que cesse la question de la stabilité à tout prix. « Bagay 100 moun mouri, mil moun mouri sak la se li ki pou rete a, li lè pou l fini ». «  Il est temps que le pays se donne  un pouvoir. C’est dans cette construction que nous nous sommes inscrits et nous  parviendrons à trouver le résultat », a affirmé M. St-Dic.

« À un certain niveau, les membres du CNT organiseront les élections pour choisir le Premier ministre et le président de la République. Ensuite, le CNT disparaîtra  pour intégrer un organe de contrôle de la transition. Cet organe sera composé des 52 membres du CNT, de deux représentants par département, des membres de la diaspora, du secteur populaire », a-t-il poursuivi, soulignant qu’entre-temps pour créer ces instances,  un bureau de suivi sera créé. Il recueillera la signature des personnes  voulant intégrer le CNT. Il recevra aussi la signature des personnes qui souhaitent devenir président ou Premier ministre.

L’organe de suivi sera composé des 13 membres de la Commission pour la  recherche d’une solution haïtienne à la crise, de trois représentants des branches de la société civile qui ne font pas partie de la commission, de trois représentants de partis politiques et de deux membres du secteur populaire. « Nous sommes à une deuxième phase, dès aujourd’hui (mardi 7 septembre) nous allons adresser des lettres aux partis politiques signataires pour les inviter à constituer le bureau de suivi. Nous allons également envoyer des lettres aux groupes de la société civile pour les inviter à intégrer cette structure. Les 21 membres du bureau de suivi vont négocier l’accord, vont choisir comment négocier avec le pouvoir de fait qui est là. Le bureau de suivi sera au complet cette semaine très certainement. À partir de lundi nous écrirons à tous les secteurs pour leur demander d’envoyer un membre au CNT .»

Alors que les membres de la CRSHC continuent de faire cavalier seul dans la recherche d'une solution à la crise, de plus en plus d’acteurs politiques se positionnent en faveur d’un accord global, qui sera le fruit d’un jumelage des différentes propositions de sortie de crise.



Réagir à cet article