Sans la puce intelligente, la carte d’identification nationale est invalide

Le responsable de communication de l’Office national d'identification (ONI), Wandy Charles, a coupé court aux rumeurs entourant la puce électronique intégrée dans la carte d’identification nationale et clairement spécifié que « sans la puce intelligente, la carte d’identification nationale est invalide.»

Publié le 2021-06-09 | lenouvelliste.com

Suite aux allégations faisant croire que la carte d’identification nationale, aussi connue sous le nom de carte Dermalog, permettrait la géolocalisation des citoyens grâce à la puce électronique qui y est intégrée, des images de citoyens enlevant ladite puce avaient fait le tour des réseaux sociaux. Des rumeurs que le responsable de communication, Wandy Charles, a formellement démenti.

«Sans la puce électronique, la carte d’identification n’est plus valide. D’abord, parce que physiquement elle est falsifiée et dégradée, mais aussi parce que la puce est un moyen de sécurité. Sans elle, l’ONI ne peut plus authentifier la carte», a affirmé Wandy Charles, qui ajoute que l’ONI est en train d'étudier les mesures pénales qui seraient adaptées à cette situation. «La puce ne sert pas à la géolocalisation. L’ONI n’a ni intérêt à géolocaliser les citoyens en Haïti ni les moyens pour le faire. La puce électronique est un circuit intégré à la carte qui contient des informations pouvant permettre l’authentification de la carte», a renchéri le responsable.

M. Charles a clairement expliqué que cette question de puce électronique n’avait jamais été un secret pour personne. «Dès l’instant où nous avions commencé avec ce projet de carte d’identification nationale, nous avions toujours informé la population en général et la presse en particulier que la nouvelle carte serait dotée d’une puce électronique intégrée. Tout le monde était au courant. Nous sommes étonnés de voir que l’on fait croire que c’est nouveau et que l’on manipule la population en lui demandant d’enlever la puce». Selon les informations qu’il a fournies, la puce électronique comporte les mêmes informations qui figurent sur la surface de la carte.

S’il assure que l’Office national d’identification (ONI) dispose de serveurs propres pour stocker les informations des citoyens, M. Charles admet cependant que certaines institutions autorisées peuvent obtenir divers degrés de permissions pour avoir accès à certaines des données recueillies par l’ONI. Ce sont par exemple le service de l’Immigration, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), certaines ambassades. Personne, a-t-il argué, ne dispose pas de portail d'accès à la base de données de l'ONI. 

Notons que selon l’article 6.2 du décret portant sur la carte d’identification nationale et le numéro d’identification unique (NINU), la puce intelligente contient : 1) les données biométriques et tout autre élément d’identification ; (2) la signature du détenteur et (3) toutes les données pertinentes.



Réagir à cet article