Regain de tension entre les gangs rivaux à Cité Soleil, Jimmy Chérisier touché par balle

Le pasteur Jean Enock Joseph, qui officie dans une église à Cité Soleil, révèle que les affrontements entre les groupes armés ont repris depuis plus de deux semaines dans le plus grand bidonville du pays. Il confirme la blessure par balle du chef de la coalition G-9, Jimmy Chérizier, alias Barbecue.

Publié le 2021-05-13 | lenouvelliste.com

« Il a été atteint d’un projectile au ventre, et un autre lui a effleuré l’un de ses oreilles. Mais il est vivant. Cette nouvelle m’a été confirmée par deux autorités de la cité. Je me garde de révéler leurs noms », atteste Jean Enock Joseph, intervenant sur les ondes de Magik 9. Le chef du G-9 an fanmi e alye serait touché alors qu’il venait prêter main forte aux gangs de Cité Lumière, de 3 Bébé et Boston lesquels font partie de la fédération du G-9, rapporte le pasteur. Ils affrontaient le gang de Brooklyn.

Les affrontements entre ces bandes rivales se sont ravivés, depuis deux semaines, suite à l’attaque d’un convoi de transport public au carrefour de Brooklyn, non loin du commissariat de Cité Soleil par les hommes de Cité Lumière, de 3 Bébé et de Boston, lesquels faisant une dizaine de blessés, dont 5 sont morts, rapporte Jean Enock Joseph, ajoutant que ce mercredi « la situation était particulièrement catastrophique. Des tirs sporadiques étaient incessamment entendus ce jeudi aux environs de minuit jusqu’à 2 heures du matin ». D’après M. Joseph, ce conflit a repris pour le contrôle des territoires de la cité, un contrôle qui peut procurer des avantages politiques, économiques et sociaux.   

Le pasteur Jean Enock Joseph signale que cette situation dépasse la police nationale et l’Etat haïtien n'en a cure. « Pour moi, il n’y a pas de présence policière à Cité Soleil, même s’il y a un commissariat au centre-ville, un commissaire, une centaine de policiers, deux sous-commissariats », dénonce le notable. « L’Etat est totalement absent. Cité Soleil est aussi sous la juridiction du Conseil supérieur de la police nationale qui a une couverture nationale. Les habitants, pris en otages par les groupes rivaux depuis tantôt 2 ou 3 ans, sont livrés à eux-mêmes. Ils n’ont ni président, ni Premier ministre, ni magistrat, ni juge de paix, ni policier. Ils n'ont pour autorités que celles qui possèdent des armes illégales. Telle est la situation dans un quartier à cinq minutes du palais national », se désole le pasteur.

Le pasteur Jean Enock Joseph a fait savoir que l’espace qui hébergeait la bibliothèque de Cité Soleil sert d’abri à un gang à présent. 



Réagir à cet article