Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022

Gold Cup 2021 -  Qatar 2022 : que faut-il attendre des Grenadiers ?

Entre le 5 juin et le 1er juillet 2021, la sélection haïtienne de football, engagée dans les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 et aux barrages de la Gold Cup 2021, aura à disputer au moins cinq rencontres. Dans cette série, nous sommes exactement à moins d’un mois et huit jours du premier match des Grenadiers qui auront à jouer à Cockburn Town contre l’équipe nationale de Turks-et-Caicos. Jusqu’à présent, aucune nouvelle des poulains de Jean-Jacques Pierre. Que faut-il attendre de la sélection nationale de football ?

Publié le 2021-04-29 | lenouvelliste.com

Ravagée par l’insécurité et une crise sociopolitique et économique aiguë, Haïti fait face actuellement à une période très difficile. Sans l’ombre d’un doute, cet état de fait a eu de sérieux effets sur la population haïtienne en général, mais surtout sur les fans et sympathisants du football en particulier. Tout laisse entrevoir qu’ils ignorent complètement si les Grenadiers ont des échéances capitales pour les mois de juin et juillet. Le constat, sans vouloir aller trop vite en besogne, n’est pas différent pour les autorités de la Fédération haïtienne de football, en l’occurrence le comité de normalisation et le secrétariat général de la FHF. Aucun d’entre eux, depuis la victoire étriquée d’Haïti le 25 mars contre la modeste équipe de Belize (2-0) au stade Sylvio Cator, n’a évoqué la situation plutôt précaire de la sélection nationale. Peut-être travaillent-ils dans l’ombre pour finalement faire face à la problématique qu'a connu l’équipe nationale avant son premier acte dans les éliminatoires de Qatar 2022.

Pour avoir pris contact avec certains joueurs de manière tardive, Haïti n’avait pas pu compter sur les services desdits Grenadiers. À cela, il faut ajouter la mauvaise gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19) qui obligeait d’autres joueurs à rebrousser chemin alors qu’ils s’apprêtaient à se rendre à Port-au-Prince pour disputer le match contre le Belize. Le véritable fer de lance de la ligne offensive des Grenadiers, Duckens Nazon, arrivait le jour du match et d’autres la veille. Rappelons que Jean-Jacques Pierre, qui faisait ses débuts au poste de sélectionneur des Grenadiers, avait dû improviser une équipe pour jouer contre la formation la plus faible de l’Amérique centrale.

À part Monique André, qui fait figure quand même d’ancien membre du comité exécutif de la FHF, Jacques Letang et Yvon Sévère, président et membre du Comité de normalisation, ne sont que des néophytes aidés par le secrétaire général de la FHF, Carlo Marcelin. Au sein des sélections nationales (olympique et senior), ils ont loupé complètement leurs débuts et frisé la catastrophe. Ont-ils pris note pour ne pas répéter les mêmes erreurs ? Rien ne laisse présager qu’ils ont tiré leçon de leurs premières sorties très critiquées par de nombreux observateurs.
Après la victoire des Grenadiers face aux Jaguars du Belize (2-0), le nouveau sélectionneur national avait clairement fait savoir qu’il n’a pas encore paraphé aucun contrat avec les membres du Comité de normalisation. Pour certains observateurs, « seul Jean-Jacques Pierre, qui avait mis tout son poids dans la balance pour faire venir certains joueurs, accepterait de diriger Haïti contre Belize vu qu’il n’avait aucun papier signé avec les responsables ». Dès lors, le problème est-il résolu ? Depuis, le principal concerné n’a pipé mot de même que les autorités du football haïtien.  

Un calendrier chargé attend les Grenadiers

Les mois de juin et juillet seront précieux pour Haïti, car les Grenadiers joueront gros dans les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 et les barrages de la Gold Cup 2021. Avant son match en déplacement à Cockburn Town contre Turks-et-Caicos le 5 juin, Haïti suivra de près la rencontre qui doit opposer les deux représentants de l’Amérique centrale, le Nicaragua et le Belize, le 4 juin pour le compte de la 4e journée de ces éliminatoires. Trois jours après, au stade Sylvio Cator, soit le 8 juin, Haïti disputera contre le Nicaragua ce qu’on devrait appeler la finale du groupe E. Pour atteindre le deuxième tour, les Grenadiers doivent franchir l’obstacle que constitue la formation du Nicaragua. En cas de qualification, les 12 et 15 juin, Haïti aura une double confrontation face au Canada pour espérer atteindre le tour final de ces éliminatoires.

Parallèlement, au début du mois de juillet (2 au 6) à l’Inter de Miami CF Stadium, Haïti aura à disputer les barrages de la Gold Cup 2021. Le premier acte des Grenadiers sera face à Saint-Vincent-et-Grenadines. En cas de victoire, ils affronteront le vainqueur de la rencontre opposant les Bermudes à la Barbade. Pour rallier la Gold Cup qui se tiendra du 10 juillet et 1er août 2021, Haïti sera dans l’obligation d’écarter ces deux équipes qui sont largement à sa portée. Ce faisant, les Grenadiers, qui avaient atteint les demi-finales de la dernière Gold Cup, sont attendus dans le groupe B par le pays hôte (USA), le Canada et la Martinique. 

Que faut-il attendre des Grenadiers ? La réponse la plus simple est que si rien n’est fait pour éradiquer les problèmes qui gangrènent l’équipe nationale, Haïti, qui jouera gros en juin et juillet, pourrait perdre gros, car elle risque de ne pas se qualifier pour la phase finale de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 et la Gold Cup 2021.     
                



Réagir à cet article