Appel aux femmes pour sauver Haïti

Publié le 2021-04-21 | lenouvelliste.com

Depuis plusieurs mois, le peuple haïtien manifeste à travers le pays et à l’étranger pour demander le départ du président actuel, Jovenel Moïse, et le peuple a tout à fait raison d’exiger son départ. Le mandat du gouvernement actuel, comme pour les gouvernements précédents, n’a été que drames politiques, détérioration de condition de vie qui était déjà déplorable, pauvreté, et violence perpétuelle incontrôlable. Jovenel Moïse, les membres actuels de l’exécutif et du Sénat ont fait la démonstration, tout au long des derniers cinq ans, de leur incapacité à travailler ensemble pour créer un projet national et rassembler le peuple. Ils n’ont montré aucune sensibilité à la misère et la détresse des hommes, femmes, et enfants haïtiens qu’ils sont supposés représenter. Jovenel Moïse et tous ceux faisant partie du gouvernement doivent faire leur mea culpa, démissionner, et aider à préparer des nouvelles élections avec des nouveaux paramètres et de nouveaux leaders.

Haïti est en train de mourir. Ses enfants ont besoin aujourd’hui de montrer de l’audace et d’innover pour trouver des nouvelles façons de se gouverner. Depuis l’indépendance du pays, l’approche a toujours été d’élire des hommes (compétents, incompétents, instruits et non-instruits) et le résultat a toujours été similairement le même: corruption, violence et pauvreté. Selon Albert Einstein, la folie est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent. Il est facile de constater que tous les Haïtiens, quelle que soit leur descendance, aiment Haïti. Malgré tout cet amour, nous n’arrivons pas encore à trouver la façon de garder allumer le flambeau que Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines nous ont passé pour converger les efforts du peuple et faire prospérer cette terre qui était jadis la perle des Antilles.

Il est temps d’être audacieux, d’innover. Il est temps de faire appel aux femmes, de faire appel aux Haïtiennes. Je suis persuadé qu’il y a une approche féminine de gouverner. Nous avons pu le constater durant les dernières années, la sérénité, l’empathie et l’efficacité avec laquelle les dirigeantes comme Jacinda Ardernde la Nouvelle-Zélande, Sanna Marin de la Finlande, Angéla Merkel de l’Allemagne, Erna Solberg de la Norvège, Helle Thorning-Schmidt du Danemark ont géré de grandes crises comme la pandémie, des attaques terroristes, et les problèmes migratoires. Ce que j’aimerais proposer aux Haïtiens, aux hommes haïtiens, est de mettre leur ego de côté et de demander aux femmes haïtiennes de prendre le flambeau.

Les Haïtiennes à l’extérieur du pays se révèlent être des différenciatrices exceptionnelles pour les gouvernements des pays qui les ont accueillies. Pourquoi ne pas mettre la contribution des femmes à profit? Haïti ne peut pas se payer le luxe d’ignorer les Haïtiennes.

Mes frères haïtiens du pays et de la diaspora frappent un grand coup avec une pétition pour amasser 50 000 signatures d’hommes haïtiens pour demander que les deux prochaines élections présidentielles soient ouvertes seulement aux candidats féminins. Qu’il soit aussi prévu que l’exécutif et le Sénat soient composés de 51% de femmes pour les 10 prochaines années. Par la suite, après ces 10 années, pour la présidentielle, il serait idéal de prévoir une alternance entre homme et femme. Quant au Sénat et à l’exécutif pour assurer une productivité optimale, on devrait prévoir une composition égale d’hommes et de femmes.

Haïti a besoin d’un changement de ton et d’une autre approche pour éteindre le brasier et guérir les maux actuels. Haïti possède la solution : les Haïtiennes. Il y a urgence d’agir, les Haïtiennes peuvent trouver la solution. Mettons les armes de côté pour donner une chance à l’instinct maternel et à une vision différente du pouvoir.

Frantz Avril, Ing.

Montréal, Québec, Canada

Auteur


Réagir à cet article