Nouvelle constitution : « Un gouvernement autoritaire ne peut garantir la parité », soutient Sabine Lamour

Publié le 2021-04-08 | lenouvelliste.com

Invitée de Panel Magik à l’occasion de la Journée nationale du mouvement des femmes haïtiennes, le 3 avril 2021, Sabine Lamour, sociologue et coordonnatrice générale de la SOFA, a abordé plusieurs sujets, dont le projet de nouvelle constitution mené par l’exécutif. Pour elle, cette question de parité insérée dans l’avant-projet du texte constitutionnel n’est qu’une stratégie de pacification, une tentative d’instrumentalisation des revendications féministes par le pouvoir en place. 

La consécration du principe de parité est l’un des acquis dont se vantent les rédacteurs et supporteurs de la nouvelle Constitution qui devrait être votée par référendum en juin prochain. À l’article 16 de la version du texte qui est mise en circulation, on peut lire : « Le principe de parité est reconnu à tous les niveaux de la vie nationale, notamment dans les services publics. La loi électorale prévoit des dispositions encourageant les partis politiques à désigner des femmes aux postes électifs. »

Toutefois Sabine Lamour n’y voit qu’une stratégie de manipulation, une promesse qui ne pourra pas être réalisée. « C’est une stratégie de pacification au même titre que quand ils fomentent un massacre à La Saline ou à Bel-Air. Car il y a des stratégies de pacification douces et des stratégies de pacification violentes quand les gouvernements basculent vers l’autoritarisme. »

« Un gouvernement autoritaire ne peut réaliser la parité. Il n’a pas un cadre social et politique pour nous permettre de jouir des promesses de ce que représente la parité dans une société », a soutenu la féministe, qui croit aussi que le gouvernement instrumentalise une série de thématiques portées par les féministes depuis environ 30 ans afin de se créer de la sympathie à l’international et de pouvoir se targuer d’être un gouvernement women-friendly, alors que dans la réalité c’est faux. « D’ailleurs, ce mot n’a aucun sens dans une Constitution où tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains de l’exécutif. »

La sociologue et militante féministe assimile le comportement de l’exécutif à l’égard des femmes au cycle de violence que subissent des femmes dans leur vie de tous les jours. Elle rappelle qu’un gouvernement autoritaire ne peut tenir ses promesses de parité politique. « Cette une stratégie de création d’hostilité horizontale entre des gens qui ont les mêmes intérêts », a  soutenu madame Lamour, qui a invité les organisations de femmes, les féministes à faire preuve de lucidité et à ne pas se laisser emporter par les belles promesses que l’on fait miroiter devant elles à travers ce nouveau projet de constitution. 



Réagir à cet article