Le long cri des Noirs

Publié le 2021-02-22 | Le Nouvelliste

En ce mois de février, mes fenêtres de poète-citoyen s'ouvrent sur le monde ancré dans l'histoire des Noirs de la Caraïbe, en passant par l'Amérique jusqu'à l'Afrique profonde. Ce mois rappelle les sanglots longs des tragédies tatouées dans l'ADN du peuple noir. Ce mois rappelle les cris puissants qui ont traversé le fleuve de l'histoire des Noirs dans le monde. 

Ce mois a été institué aux U.S.A par Carter G.Woodson. Il fut choisi parce qu'il correspondait au mois d'anniversaire de deux grands abolitionnistes de l'esclavage. Il s'agit de Frédéric Douglas et d'Abraham Lincoln.

À travers l'histoire, les Noirs ont connu toutes les privations d'ordre physique, psychologique. Dans les plantations  de canne à sucre, de coton à Louisianne, Alabama, St-Domingue, ils ont été l'objet de mépris, de racisme, d'apartheid, d'exploitation à outrance, de peur, d'ignominie de la part du colon, de l'oppresseur blanc.

Plus de 500 ans d'atrocités, d'exclusion, d'esclavage, de répression. Comme l'a si bien dit l'un des philosophes des lumières Jean-Jacques Rousseau dans son fameux contrat social : «Partout, l'homme est dans les fers.»

Par ailleurs, le poète-écrivain et homme politique martiniquais Aimé Césaire, dans son «Cahier d'un retour au pays natal», affirme clairement : « Ma bouche sera la bouche de celui qui n'a point de bouche. La liberté de celles qui s'affaisent au cachot du désespoir».

Ici et ailleurs, le Noir est relégué au second plan. Victime de toutes sortes de barbarie, de sauvagerie. On a encore gravée à la mémoire la mort tragique de Georges Floyd dans les rues de Minneapolis, l'année dernière aux U.S.A.

En Haïti, la barbarie se poursuit avec le kidnapping au quotidien. Cet acte odieux rappelle les atrocités du commerce triangulaire Afrique-Europe-Amérique. Nos frères noirs, kidnappés, arrachés à leur communauté, étaient jetés dans les cales des négriers. Aujourd'hui, en Haïti, ce commerce se poursuit à travers d'autres stratégies. On vous prend, on vous vend. Assez souvent, on vous tue après rançon. L'Haïtien est encore dans les fers. Une chaîne mentale le cloue dans le système honni par les héros de l'Indépendance.

Que de luttes menées par les apôtres de la résistance, les apôtres de la liberté, de la dignité, et, dans toutes les disciplines, pour le respect des droits inaliénables des Noirs (civiques, politiques, culturels...).

On ne saurait passser sous silence le travail gigantesque réalisé jusqu'à date par ces héros : Martin Luther King, Malcom X, Jean-Jacques Dessalines, Nelson Mandela, Rosa Parks, Miles Davis, Pelé, Nat King Cole, la romancière Tony Morisson, Sarah Vaugn, Billie Holliday, Barack Obama, Maya Angelou, Langston Hugues, Muhamad ALI, Ameri Baraka, et aujourd'hui Kamala Harris et Amanda Gorman.

La bataille se poursuit. Il nous reste beaucoup à faire sur les sentiers de l'existence. Autant que nous vivrons, nous aurons toujours à lutter contre le racisme systémique qui règne en maitre et seigneur  dans nos relations humaines. Il me vient à l'esprit les paroles du célèbre chanteur Bob Marley, roi du reggae planétaire «Stand up for your rights» "(Levez-vous pour la défense de vos droits).''

                                       

André Fouad Auteur

Réagir à cet article