Concacaf League 2020 : Demi-finale/préparation

En prélude au défi du petit poucet face à l’ogre

Moins de quinze jours avant de défier Saprissa en demi-finale de la Concacaf League le 20 janvier 2021, l’Arcahaie FC vient d’essuyer un premier revers 1-2 contre le Violette AC en finale aller de la série d’ouverture 2020-2021 du championnat haïtien de football dit professionnel mercredi. Un premier test de match qui fait comprendre aux Archelois l’étendue des vides à combler avant leur demi-finale de Concacaf League et le devoir de colmater des brèches et d'essayer de faire mieux dimanche en finale retour au parc Saint-Yves contre le Violette AC pour préparer comme il convient le défi que le petit poucet doit relever devant l’ogre costaricain

Publié le 2021-01-07 | Le Nouvelliste

Défier Saprissa sur sa pelouse du Stade Ricardo Saprissa Ayma de Costa Rica, le 20 janvier en demi-finale de la Concacaf League, tel est le grand défi qui attend l’Arcahaie FC. Petit poucet de la compétition en termes de moyen et d’infrastructures , les Archelois jouent tout simplement dans une cour inférieure qui font de lui le petit poucet face à l’Ogre sur bien des plans.

Sur le plan historique

Programmé pour 5 heures, heure de Costa Rica, ce match opposera une formation quasi naïve en la matière puisque si les Archelois se montrent constants durant les 3 dernières saisons disputées en championnat haïtien, il reste que cette formation officiellement fondée en juillet 2007 n’a que 13 ans d’histoire. 13 ans que certains seraient prêts à revoir à la baisse si l’on tient compte du fait qu’à cette époque Catherine Flon restait le club qui représentait la ville au championnat haïtien de D2 et que les mésaventures qui ont conduit à la quasi-disparition de ce club n’existaient pas encore. Seulement si les archives de ce club révèlent qu’il est fondé en 2007, on ne peut pas refaire l’histoire et accepter cet acte de naissance.

En Face, la formation de Saprissa a fêté ses 85 piges en 2020 soit 72 de mieux que l’Arcahaie FC. 72 ans de plus qui ont permis au club costaricain de compter dans son palmarès 5 titres de champion du Costa Rica , mais aussi trois titres de championne de la League de la Concacaf, ce qui fait que même si l’on comptabilisait les titres glanés en Concacaf des clubs champions et vice-champions et la Concacaf Champions League qui est la version la plus récente de cette compétition, Saprissa à lui seul aurait un titre de plus que tous les clubs haïtiens réunis.

Sur le plan infrastructurel

Sur le plan infrasctucturel, il n’y a pas photo. Saprissa évolue dans un stade à son nom de plus de 23 mille places, le Stadio Ricardo Saprissa Ayma et dans lequel la sélection nationale dispute de nombreuses rencontres internationales. Une façon de dire que le stadium est d’envergure internationale. L’Arcahaie, quant à elle, reçoit au parc Saint-Yves. D’une capacité de 1000 places seulement cette infrastructure ne répond pas aux normes exigées pour une rencontre internationale. Si les dirigeants du football haïtien ont adopté la résolution de doter le parc Saint-Yves d’un terrain synthétique pour pallier certaines carences, il reste que dans leur perception du développement, ceux qui devaient orienter l’érection d’infrastructures sportives après le séisme n’ont pas été à la hauteur pour constater qu’Haïti avait besoin d’un nouveau stade et plusieurs terrains capables de recevoir un match international de clubs dans le pays.

Sur le plan technique

Les deux formations sont entraînées chacune par un ancien international qui a défendu vaillamment les couleurs de son pays. Seulement aussi brillant qu’ait été le passage de l’entraîneur de l’Arcahaie FC, Gabriel Michel, qui a été un joueur doué qui a manqué de peu un passage en Italie après une intéressante Coupe caribéenne des Nations 1999. Seulement la carrière de joueur de celui qui est devenu entraîneur de Saprissa depuis le 5 février 2019, Walter Centeno, a été beaucoup plus fournie. 480 matchs dans 3 clubs différents pour 72 buts inscrits par ce milieu de terrain mais surtout 137 capes en sélection pour 24 buts force le respect.

Autant dire que l’Arcahaie FC se trouve face à une deuxième page d’histoire le 20 janvier après sa qualification pour la Concacaf Champions League. Une deuxième page  dans laquelle il devra montrer au monde qu’au-delà des scandales de toutes sortes, les sportifs haïtiens continuent de rester des sportifs. Une page d’histoire qui, si elle est écrite, annoncerait une troisième, celle de disputer la finale de la Concacaf League sans oublier la quatrième qui serait de briller en Concacaf Champions League.  

Enock Néré
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article