Qu’attend Haïti pour engager un nouveau sélectionneur ?

Depuis son dernier match (1-1) disputé le 17 novembre 2019 contre le Costa Rica à San Jose dans le cadre de la dernière journée de la Ligue des nations de la Concacaf, Haïti, reléguée en ligue B, n’a joué jusque-là aucune rencontre (amicale ou officielle). Sans sélectionneur depuis le limogeage de Marc Collat (décembre 2019), les Grenadiers, engagés dans les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 et aux barrages de la Gold Cup 2021, peinent toujours à trouver un technicien pouvant conduire leur navire à bon port.

Publié le 2020-12-10 | lenouvelliste.com

Il y a de cela plus d’un an depuis que les Grenadiers, tenus en échec par le Costa Rica (1-1) à San Jose dans le cadre de la Ligue des nations, disputaient leur dernier match officiel. Et depuis, rien n’est à mettre sous les dents pour les coéquipiers de Johnny Placide, privés de sélectionneur après la révocation de Marc Collat.      

Qui pour succéder à Marc Collat ?

Joint par téléphone par notre collaborateur Énock Néré, Marc Collat laisse entendre qu’il souhaite, si les dirigeants de la FHF sont de cet avis, revenir aux commandes des Grenadiers. Le constat n’est pas différent pour Patrice Neveu qui, selon une source digne de foi, qui aurait écrit au secrétaire général de la FHF pour lui informer de son envie de prendre à nouveau la tête de l’équipe nationale. Ces deux hommes, faut-il le rappeler, avaient traduit la FHF en justice, et Neveu avait eu gain de cause et gagné 200 000 mille dollars américains. Entre-temps, au niveau de la FHF, la guerre fait rage pour ce qui est de la désignation d’un nouveau sélectionneur pour remplacer Marc Collat. Une liste comprenant le nom de plus de cinq entraîneurs, entre autres, David Recobert, Jean-Jacques Pierre, Christophe Gamel, Simon Mc Menemy, circule pour diriger l’équipe nationale. Cependant, aucun d’entre eux n’a paraphé un contrat avec la FHF, orpheline de son président Yves Jean-Bart, radié à vie par la FIFA.

Qu’est-ce qui empêche ces techniciens étrangers de se mettre d’accord avec la FHF ? Ces derniers ont-ils peur de s’engager avec le comité exécutif de la FHF, divisé et ravagé par une crise interne ? Si ces faits sont avérés, qu’est-ce qui les a (les membres de la FHF) empêchés de nommer un technicien local (à titre provisoire) pour diriger les Grenadiers, de quoi appeler, dans l’attente des expatriés, les meilleurs talents évoluant dans le championnat national ? Des questions qui restent toujours sans la moindre réponse, car le secrétaire général de la FHF, au lieu de se focaliser sur l’équipe nationale, annonce de préférence le congrès électif, prévu le 24 janvier afin de remplacer Yves Jean-Bart.  

Le calendrier des Grenadiers

Reportées à maintes reprises par les autorités de la Concacaf en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19), les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022, se tiendront en mars 2021. En effet, la sélection nationale, placée dans le groupe E, entrera en lice le jeudi 25 mars au stade Sylvio Cator face à Belize. Elle aura à jouer trois autres matches pour compléter cette compétition, contre Sainte-Lucie, le 28 mars en déplacement, le 5 juin face à Ile Turc & Caicos et contre le Nicaragua, le 8 juin à Port-au-Prince. À côté des échéances du Mondial qatari, Haïti, demi-finaliste de la Gold Cup 2019, a déjà pris rendez-vous pour le 2 juillet 2021 avec l’équipe de Saint-Vincent-les-Grenadines pour en découdre pour une place qualificative à la phase finale de la plus prestigieuse compétition organisée au niveau des nations de la zone.

Un fait est certain, les adversaires des Grenadiers, Belize, Sainte-Lucie, Turc & Caicos, Nicaragua ou encore Saint-Vincent-les-Grenadines, continuent de travailler et de multiplier les matches amicaux sous les ordres des techniciens ayant à l’œil l’équipe nationale d’Haïti, favorite pour s’emparer de l’unique billet donnant accès au prochain tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 ou pour ravir une place pour la Gold Cup 2021.

Dans ce petit jeu, les observateurs les plus avisés du pays et qui suivent de très près l’actualité du football national croient savoir qu’Haïti, si rien n’est fait, et ce dans un laps de temps, pourrait perdre gros, et ce malgré son statut de favori dans le groupe E comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 et son duel de barrage face à Saint-Vincent en vue d’une qualification pour la prochaine Gold Cup, prévue pour 2021. Qu’attend Haïti pour engager un nouveau sélectionneur ?

On verra bien… !     

  



Réagir à cet article