Mathieu André Ceme, un apôtre pour les fleuristes et amants des fleurs

PUBLIÉ 2020-12-01
En prélude à la 12e édition d’Artisanat en fête qui se tiendra les 5 et 6 décembre 2020, Ticket s’est rendu huit jours avant à Jacmel, la capitale du papier mâché, pour voir ce que les artisans de cette ville carte postale nous réservent. Attachez bien vos ceintures, car vous allez bien voyager au travers de beaucoup de créativités et de couleurs !


Ce Mathieu, lui, est disciple de Harry Sylvaince. Il n'a pas eu un passé de collecteur d'impôts comme l'auteur du premier des quatres évangiles, il est artisan dans l'âme depuis l'enfance.. « Quand j'étais bambin à l'école primaire, je priais tout le temps pour arriver à terminer rapidement les études afin de pouvoir me lancer librement dans l'artisanat", confie-t-il. 
Et quand avient le jour tant attendu, Mathieu va frapper à la première heure à la porte de Harry Sylvaince lui-même disciple de Moto Baruk. « Je ne peux faire le snob qui croit avoir tout appris sans regarder les autres. Moi, j’ai appris grâce aux autres et grâce à la bienveillance de Harry. Si aujourd'hui je suis connu en dehors et au sein de Jacmel, ce, depuis plus de 10 ans, c'est bien grâce à  lui », s'est-il exclamé, reconnaissant. 
Contrairement à  la plupart des artisans qu'on a rencontrés quelque huit jours avant Artisanat en fête, Mathieu est celui qui s’implante en montagne, dans une zone assez calme en hauteur de Jacmel. Pour lui, le calme est primordial pour sa création.Le centre de Jacmel est parfois le théâtre de tensions, selon lui. C’ est probablement cet attachement pour la montagne qui explique le fait que les fleurs sont son domaine de prédilection. « Ici, pour survivre dans cet art, il faut coûte que coûte avoir une identité visuelle bien définie, sinon tu vas te confondre dans la mêlée », explique l'artisan.
La fleur ne revient pas seulement comme motif dans ses plateaux et autres articles, Mathieu propose aussi des cache-pot, des pots à fleurs séchées, des pots ordinaires. C’est décidément l'un des artisans modèles pour fleuristes, arrangeurs de fleurs, pratiquants de la méthode japonaise Ikebana. C’est aussi l'apôtre pour les plus créatifs des amateurs qui sont enclins au DIY. 
Pour Mathieu, Artisanat en fête « se mèt afè a ». Il rappelle aux visiteurs de la foire que tout ce qu'il apporte leur appartient ; déjà il suffit pour eux de passer à son stand pour les réclamer. « M pa vle tounen Jakmèl ak anyen ! », conclut-il. 



Réagir à cet article