« Papa Lisa » lancé sur une note positive

PUBLIÉ 2020-10-16
Ce n'est pas la foule, c'est un happy few qui a répondu à l'appel de Teeyah ce jeudi 15 octobre au Thaïla's. L'artiste, drapée de noir, transpire de sérénité au vernissage de sa collection « Papa Lisa ». Elle semble reprendre dans son habit le jeu coquin entre l'ombre et la lumière qu'on admire sur les tableaux.


La collection, il convient de le rappeler, provient de ses réflexions sur la vie, sur les dualités, ses verticalités qu'on invente mais qui s’effondrent comme des châteaux de cartes devant la pandémie actuelle du coronavirus qui fait pleurer sous nos yeux puissants et gens ordinaires. L’artiste, en amont de l'exposition, expliquait qu'il s'agissait pour elle de restituer dans son médium une quête personnelle et collective de lumière et de sens en ces temps sombres. Le gros des 21 pièces est en épaisseur moyenne. Ils sont tous anonymes.

Pas trop de cérémoniel pour lancer l'exposition, sinon qu'elle remercie les valeureux visiteurs qui envoient valser la peur pour admirer ses pépites accrochées aux cimaises. Le chanteur Berthelot Jérémie nous berce avec une sélection où la chanson française a eu son droit de cité. Une pluie s'est abattue sur le secteur environnant l'espace, comme un signe de bénédiction diraient plus d'un.

« Papa Lisa » a poursuivi son périple au lendemain pour ceux qui avaient raté le vernissage. Désormais, on peut simplement entrer en contact avec l'artiste pour faire l'acquisition de sa pièce coup de cœur.



Réagir à cet article