« We Are Rap Challenge », le dernier projet musical de Gandhi

PUBLIÉ 2020-10-16
Avec « We Are Rap Challenge », Gandhi Stiverne Dorsonne s’est proposé de réunir sur un même album des rappeurs haïtiens évoluant aux États-Unis d’Amérique. Autour du thème « We can rap like us », chacun de ces 10 artistes devaient se produire sur un morceau à lui tout seul. Citons : Skedju, Ouragan, Max Flo, Jay Aprann SA, Abojah Da Godman, Twenty One, PJ Da Boss, Master Brain, Biggystal et Ecally.


Pour l’animateur de rap kreyòl, l’idée de réunir tous ces rappeurs sur un même projet part d’un projet similaire réalisé par I.A.M Muzik Empire, qui lui a été titré « I.A.M Rap Challenge », avec 10 artistes qui, eux, résident en Haïti. Ce sont : Burning, TF, Eddaliriks, M-Bri, F-Quake, Blay-Z, Kemberlee, Samie-G, B-art et Wood Terib. Ils revenaient à ces hommes et femmes de cette musique urbaine de s'affronter dans un Battle intitulé « Can you rap like me? ».  « Résidant aux États-Unis, je me suis dit que j’allais moi-même faire pareil avec des artistes vivant exclusivement au pays de l’Oncle Sam. Primant toujours la communauté en lieu et place de l’individualité, je propose de préférence ‘’We Are Rap Challenge’’ avec pour thème « You can't rap like us », a expliqué Gandhi S. Dorsonne, plus connu dans le milieu sous le sobriquet de Gandhi le Métronome.

Paru officiellement le 21 septembre 2020, « We Are Rap Challenge » étale des rappeurs comme Skedju, Ouragan, Max Flo, Jay Aprann SA, Abojah Da Godman, Twenty One, PJ Da Boss, Master Brain Biggystal et Ecally. Résultat : 10 morceaux de rap débités sur un même instrumental. « J’ai fait choix de ces rappeurs parmi tant d’autres, parce que j’estime qu’ils sont les mieux placés par rapport à ce que j’avais en tête comme idée. De plus, je voulais proposer au public ceux qui sont les meilleurs dans ce domaine aux États-Unis », a-t-il indiqué. L’ancien présentateur qui a roulé sa bosse dans pas mal de stations de radio de la capitale contredit l’idée faisant croire que les rappeurs des USA sont de piètres rappeurs. « Moi, je dis tout simplement que ‘’Game nan chanje faz. Santral la chanje baz’’ », a poursuivi M. Dorsonne. Son projet, grâce à la disponibilité et ses relations avec ces MC, s’est concrétisé dans seulement un mois.

L’actuel animateur de G-Spot Show dit être satisfait des résultats de « We Are Rap Challenge » qui est disponible sur toutes les plateformes de streaming. « Cet album me permettra de donner suite à un autre projet que je compte bientôt réaliser : ‘’I’m Rap Challenge Veterans’’. Il a signé le retour d’Ouragan sur la scène musicale. Et en termes de streaming, je ne peux vraiment pas me plaindre », a confié Gandhi. A fond dans ces nouvelles initiatives, l’ex-présentateur des émissions Hip-Hop Time espère soumettre pour bientôt à l’attention du public un album exclusivement dédié au vodou. Ce dernier regroupera des artistes évoluant dans d’autres rythmes musicaux, le compas par exemple, ainsi que ceux qui produisent dans ce secteur. « L’idée c’est de proposer au public les chansons traditionnelles avec des voix qu’ils ont l’habitude d’écouter pour la plupart des cas dans d’autres registres », a-t-il fait savoir.

Si la musique a toujours été au centre de sa vie, l’homme « Hipapology » n’a pas abandonné l’écriture. « Une passion de longue date ». Son dernier recueil de poèmes intitulé « Lè kè m ap depale » peut en témoigner. Sorti en 2019, ce livre préfacé par l’actuel rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste Frantz Duval a une portée autobiographique. « Aucun des textes de cet ouvrage ne relève de la fiction. En effet, les trois parties du livre constituent un résumé de ma vie, de ce qu’elle a été quelques années de cela, notamment dans les débuts de mon immigration aux États-Unis », a-t-il raconté. « La première partie parle de ma compréhension d’Haïti et des Haïtiens via une approche très éclectique et critique. Quant à la deuxième, elle parle d’amour et de sexe. Mon amour pour ma mère, ma famille, les femmes, y compris mes relations sexuelles. Les plus intenses que j’ai connues. Et la troisième concerne ma rencontre avec la spiritualité », a avancé Gandhi Stiverne Dorsonne, qui désormais embrasse tout.



Réagir à cet article