Carel Pèdre dévoile tout !

PUBLIÉ 2020-09-18
L’animateur vedette de Chokarella, Carel Pèdre, nous convie dans son intimité à travers la rubrique « Premières fois » de Ticket.


Premier jour sur terre : Mon premier jour sur terre est le 8 juillet 1980. C’était un mardi, à 2 heures du matin.

Première fois au micro : Je devais enregistrer un message sur une cassette pour une petite amie que j’avais à l’époque. Elle résidait aux États-Unis. Un ami à moi travaillait dans une station de radio et je trouvais que c’était idéal de combiner ma voix à de la musique. C’était ma toute première fois au micro.

Première voiture : Ma première voiture était une Hyundai Accent bleue que j’ai vendue à R-Bass par la suite. Elle m’avait coûtée toutes mes économies. Je venais d’intégrer Radio One et le directeur m’a demandé si j’avais de l’argent sur mon compte en banque. Comme je lui ai répondu par l’affirmative, il m’a dit : « Pourquoi n’achètes-tu pas une voiture » ? À cet instant, je lui ai affirmé que je ne pensais pas disposer assez d’argent pour, alors que la somme en question pouvait répondre à cela.

Premier accident de voiture : J’ai eu mon premier accident de voiture avec cette même Hyundai. Je revenais d’une soirée à Pétion-Ville. Il était aux environs de 1 heure du matin, j’ai glissé sur la route de Frères, à l’endroit où se trouvait à l’époque Jodex Ciné. Ce soir-là, il avait plu et il y avait du sable sur la route. J’ai donc marché jusqu’au Djoumbala pour retrouver un ami, afin de pouvoir rentrer chez moi.

Premier voyage à l’étranger : C’était en novembre 2004. J’ai été à une formation à Washington quand je travaillais pour l’OMS.

Première grande passion : Ma première grande passion a été pour les jeux vidéo. Je jouais au Nintendo, au Atari, au Super Nintendo, entre autres. De fait, mon rêve c’était de travailler pour l’une de ces compagnies pour participer dans le design de ces jeux. Je rêvais de devenir un video game developper de façon à réaliser des jeux pour les enfants un peu partout à travers le monde. Cependant, la radio en a décidé autrement.

Première polémique : J’ai eu ma première polémique avec Wilsaint Saintil. Je travaillais à la radio New Star et lui était à la radio Mélodie. Chacun veillait qui détenait telle ou telle chanson avant l’autre, qui avait l’exclusivité, entre autres. D’autant plus que moi, j’étais fan de Sinik Mizik tandis que lui, il était fan des All Stars. Deux groupes musicaux en pleine rivalité. Je crois que c’était la plus grande polémique qui existait à Port-de-Paix à la fin des années 90.

Première bagarre : Je ne suis pas quelqu’un de bagarreur. Comme j’aime à le dire, mes mains existent pour caresser les personnes que j’aime et compter de l’argent (rires).

Premier amour : Mon premier amour était une jeune fille de ma classe, qui avait laissé le pays malheureusement. C’est justement pour elle que j’envoyais des messages par cassettes. Mais la distance a eu raison de notre relation.

Premier baiser : J’ai eu mon premier baiser dans le quartier où j’habitais. C’était avec une demoiselle qui actuellement vit en Floride et qui me le rappelle toujours. Je ne peux pas vous donner son nom, mais je peux vous dire que son prénom commence par la lettre D (rires).

Premier flirt : Mon premier vrai flirt date de mon arrivée ici à Port-au-Prince. C’était avec une autre jeune fille de mon quartier. Son prénom commence par la lettre R. Je la salue en passant. (rires).

Première petite amie : Ma première petite amie demeure mon premier amour. Une fille dont j’étais éperdument amoureux qui malheureusement avait laissé le pays et qui, de fait, avait brisé mon cœur avec son départ.

Première scène de jalousie : Ceux qui me connaissent peuvent affirmer que je ne suis pas quelqu’un de jaloux. À tel point que cela pose souvent problème dans mes relations. Puisque certaines personnes estiment que je suis trop « careless » dans mes relations amoureuses. Mais la raison c’est que je ne m’accorde pas de temps pour être jaloux. Je pense tout simplement que toute chose peut s’expliquer. Dans le cas où l’explication ne satisfait pas mes attentes, je laisse tomber.

Première déclaration d’amour d’une femme : Ma première déclaration d’amour d’une femme date de l’école classique. On prenait l’habitude de faire passer des billets. J’étais peut-être en 3e secondaire.

Première déclaration d’amour d’un homme : (rires). Sur Twitter, il y avait un homme qui me faisait des déclarations d’amour vraiment extraordinaires. Il disait qu’il était originaire de Champin. Je l’ai pris avec beaucoup d’amusement. C’était vraiment amusant de voir les interactions que cela avait suscitées.

Première relation sexuelle : J’ai eu ma première relation sexuelle à 14 ou 15 ans, à Port-de-Paix. Je ne peux pas vous parler de l’endroit, car ma mère me gronderait sûrement (rires). C’était genre rapide, bref. Rien de ce que j’avais espéré (rires).

Premier threesome : Cela ne m’est pas encore arrivé.

Premier mariage : Sa se afè pa m (rires). Je ne vais pas répondre à cette question.

Première infidélité : Je ne pense pas que cela m’est arrivé d’être infidèle. Premièrement, je n’ai jamais été pris la main dans le sac. Deuxièmement, je crois que je ne suis pas quelqu’un d’infidèle.

Premier gros chagrin : Le premier gros chagrin de ma vie, je pense qu’il remonte à mes 9 ans. C’est la mort de mon père. Sa mort a influencé beaucoup de choses dans ma vie, dans mon comportement… Mon père est décédé en juillet et je célèbre mon anniversaire le 8 juillet. Ma mère avait pour habitude de le célébrer grandiosement, mais pour mon 9e et mon 10e anniversaire, il n’y a eu aucune célébration. Depuis lors, Carel ne fête pas son anniversaire en grande pompe, parce que ce mois lui rappelle toujours la mort de son papa.

Première grande joie : J’en ai eu beaucoup. Mais je peux vous dire que la plus grande demeure la naissance de ma première fille. Pour la première fois, j’allais être père ; j’étais là dans la salle d’accouchement… C’était une joie immense. Tenir mon enfant dans mes bras, c’était quelque chose d’extraordinaire. Onze ans plus tard, cette joie perdure encore.



Réagir à cet article