Jovenel Moïse: l’éternel candidat

Publié le 2020-07-23 | Le Nouvelliste

En dépit de la misère extrême qui ronge Haïti, la population est très active sur les réseaux sociaux afin d’assister à des prestations musicales offertes par divers groupes de l’industrie musicale haïtienne. Ces évènements constituent pour certains un simple divertissement, alors que, pour d’autres, un excellent opium leur permettant d’oublier momentanément leur faim chronique. Comme si cela ne suffisait pas, récemment, le président de la République, Jovenel Moïse, leur a aussi offert un show saisissant par une sortie fracassante avec des déclarations houleuses. Dans quel but ? Est-ce pour s'attirer de la foudre ou de l’attention ?

Connu depuis son ascension au pourvoir pour ses multiples promesses non tenues et les accusations de toutes sortes sur sa personne, ses propos ont enflammé les réseaux sociaux ces derniers jours. Depuis 7 février 2017, le peuple haïtien fait face à un éternel candidat en campagne qui accuse à tort et à raison qu’il est une victime. Le peuple qui continue à vivre sa vie misérable compatit aux dires du président.

Par ce propos « Yo p ap janm ka pran pouvwa sa nan men nou ankò », l’homme a eu raison de l’opinion publique en détournant subtilement son attention de l’état calamiteux du pays pour la diriger vers de mauvaises pistes. On peut se permettre de dire que le président se retrouve dans une situation embarrassante, stressante où  lui-même vit des moments qui lui poussent au délire.

Il faut souligner que quand on fait choix d’un candidat d’un parti politique, on fait choix d’un programme et aussi d’un profil psychologique. Par ses sorties fracassantes, le chef d’État affiche un comportement contraire aux normes d’un chef d’État digne de nom. On a du mal à comprendre où il veut conduire le pays; ses objectifs ne sont pas clairs, et les stratégies utilisées ne font qu’enfoncer davantage le pays dans la misère. Il n’y a aucun signe de progrès depuis sa prise de fonction : c’est au mieux le règne du statu quo. Ses narratifs ne sont plus rassembleurs et choquent l’intelligence de beaucoup de nos compatriotes. Il remporte sans doute le prix du président le plus décrié et le plus ridiculisé de l’histoire d’Haïti. À juste titre, on peut se demander si notre président a des conseillers ou s’il souffre d’un problème d’écoute.

Si l'on émet l’hypothèse osée d’un président rationnel, on s’attend à ce que, conformément à la théorie de l’action raisonnée, que ses comportements tournent vers un objectif ou la poursuite de résultats précis, avoués ou inavoués. Dans cette situation on se demande quel est le résultat attendu lorsque le président blâme et accuse, tout en continuant à nommer à la tête des institutions des personnalités qui ont été impliquées dans la dilapidation des biens publics. Qui est la vraie victime, lui ou la population ? Veut-il dissimuler son comportement autoritaire ?

 Déjà que la situation sociale, politique et économique était fragile, le problème de gouvernance auquel faisait face le pays s’est aggravé. Un réveil de conscience citoyen semble indispensable pour y remédier. Depuis sa campagne, le président avait promis de mettre le pays sur les rails du développement. Aujourd’hui, il tient encore le même discours, alors qu’il s’approche du terme de son mandat. Dès lors, on constate son ignorance de la réalité du peuple haïtien, laquelle est caractérisée par une misère grandissante, une privation des besoins de base sociaux et l’épée de Damoclès que représente le banditisme galopant. Le chef d’État ne fait que garder son discours de candidat et se comporte comme une victime qui réclame justice tout en se vantant qu’il incarne lui-même le pouvoir. Un pouvoir sans pouvoir.

Le président ne se rend pas compte de la situation difficile qui prévaut dans le pays. Ou il fait semblant de l’ignorer. Au lieu de chercher à soigner les maux de la population, il ne fait qu’aggraver la situation  par ses propos incendiaires. Ces provocations ne seront pas sans effet.

L’heure appelle à la prise de conscience citoyenne. On ne doit pas rester définitivement dans le silence et l’inaction.

Ginette Jules

M.A science politique, université Laval

Ginette Jules Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".