Quels sont les combats du Premier ministre Jouthe ?

Publié le 2020-07-21 | lenouvelliste.com

Le gouvernement Jouthe est installé depuis plus de quatre mois. Ce qui signifie que le temps de grâce de 100 jours qu’on accorde généralement à une nouvelle équipe gouvernementale pour prendre sa vitesse de croisière est déjà écoulé.  Que faut-il retenir du gouvernement Jouthe quelque quatre mois après sa prise de fonction ? Est-il trop sévère de dire que nous sommes comme à la case départ ?

Une chose est sûre : le gouvernement patine. Il tourne autour des grands dossiers sans y toucher, au point que les conditions de vie de la population se détériorent au quotidien. Les gangs armés sont toujours maîtres de leur fief. S’il y a un calme apparent dans certains quartiers depuis la création du G9 en famille et alliés, nous sommes loin d’une solution à la question de l’insécurité. L’augmentation du coût de la vie a le vent en poupe. Une conséquence directe de l’inflation galopante. De son côté, la gourde perd chaque jour de sa valeur face au dollar américain réduisant à néant les salaires, le pouvoir d'achat.

Joseph Jouthe a été ministre de l’Économie et des Finances avant d’accéder au poste de Premier ministre. On avait raison d’espérer qu’il allait trouver la stratégie pour amorcer le redressement de l’économie. Il est trop tôt pour crier à la défaite, cependant quatre mois après, rien ne montre que notre économie va sortir de sa léthargie de sitôt. On peut toujours prendre la Covid-19 comme excuse pour justifier la situation actuelle. C’est une bonne excuse. On peut toujours demander s’il y a un plan pour faire mieux après la pandémie. 

Joseph Jouthe a été aussi ministre de l’Environnement dans le gouvernement Céant. Ironie du sort, l’environnement ne jouit d'aucune attention particulière avec l’arrivée de Jouthe à la Primature. Hier comme aujourd’hui, la dégradation environnementale est restée le cadet des soucis de nos gouvernants. Les pluies des derniers jours montrent cependant qu’il y a péril en la demeure. Il faut le dire et le redire à nos autorités.

Joseph Jouthe a pris ses fonctions à un moment où le pays devrait être en pleine compétition électorale pour renouveler son personnel politique – parlementaires et élus locaux -. Le Premier ministre constate comme le commun des mortels le dysfonctionnement du Parlement. Il a cosigné l’arrêté transformant les maires en agents de l’exécutif. Les élections ne sont pas à l’ordre du jour. Le Conseil électoral provisoire est dans son petit coin. N’étaient des voix qui exigent la démission des membres du CEP, on oublierait que l’institution existe. On pourrait multiplier les exemples de dossiers brûlants qui devaient jouir du bénéfice de l’urgence qui sont relégués au second plan. Cela ne changera rien à la lenteur de nos chefs.

Quatre mois après sa prise de fonction, il est difficile de dire dans quelle direction le Premier ministre Jouthe veut nous conduire. Difficile aussi d’identifier ses priorités ou encore ses combats. Pour l’instant, il est là aux côtés du président. Il nous distrait avec son franc-parler. Il ne nuit à personne. Il ne gêne pas le président. Il ne résout aucun problème. Il cherche à se démarquer mais sans pour autant donner plus de résultats. 



Réagir à cet article