Vers la remise en état du système d’irrigation de La Tannerie

Depuis plusieurs mois, l’on essaie de réhabiliter le système d’irrigation de La Tannerie. Des travaux importants sont en train d’être effectués au niveau du barrage, des canaux d’irrigation et des siphons. Pour la réalisation de ces travaux, le ministère de l’Agriculture a mobilisé plusieurs experts cubains et haïtiens,  des agriculteurs et techniciens de la région. Ce système est alimenté par la Grande-Rivière-du-Nord et devrait, à terme, contribuer à l’irrigation de 800 hectares de terre au niveau de plusieurs communes du département du Nord.

Publié le 2020-06-29 | Le Nouvelliste

Ils sont plusieurs centaines de gens mobilisés pour la remise en état du système d’irrigation de La Tannerie. Des engins lourds sont également observés. Ils sont à pied d’œuvre. Au niveau du barrage et des canaux d’irrigation, le travail ne s’arrête pas depuis plusieurs semaines. Le ministre de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural, Patrix Sévère, et le directeur des infrastructures agricoles dudit ministre, Marc-Edouard Dieujuste, font de cet ouvrage leur grande priorité. Plusieurs visites y ont été effectuées et des rencontres ont été tenues avec les techniciens et les agriculteurs, futurs bénéficiaires dudit système. 

La réalisation de ce projet contribuera, dit-on, à sensibiliser et mobiliser les agriculteurs à la reprise de la production agricole irriguée sur le périmètre de La Tannerie, à améliorer  le revenu des paysans et à aider le pays à faire face aux conséquences néfastes de l’augmentation vertigineuse des prix de produits alimentaires. L’objectif est de curer 12,6 kilomètres sur le canal primaire, environ 15 kilomètres de canaux secondaires et tertiaires. La réalisation des canaux de drainage et la réhabilitation des pistes agricoles autour du périmètre sont également prises en compte dans le cadre de ce projet.

Mais le travail ne s’est pas arrêté là. Au niveau du canal d’irrigation, des parties sont complètement endommagées. Le plan est de remettre ces parties à neuf. Le directeur des infrastructures agricoles du ministère de l’Agriculture parle de la construction d’un kilomètre de canal pour compléter les travaux. Pour le barrage, poursuit l’ingénieur, c’est presque complètement à refaire.

Selon les précisions du directeur, il est question de construire un barrage seuil en tenant compte d’une autre technologie sans mur ni gabion. Ainsi les concepteurs optent pour un ouvrage capable de fournir le volume d'eau nécessaire au développement agricole prévu par le ministère de l'Agriculture sur les deux rives . Aussi est-il question de  garantir dans le barrage le débit suffisant qui permettra de conduire par gravité à travers les canaux principaux les besoins exprimés par les zones d'irrigation.

Pour la construction du barrage, les premières estimations font état d’un investissement de 3,5 millions de dollars américains et de 35 millions de  gourdes pour la réhabilitation des canaux d’irrigation.

Ce système est dysfonctionnel depuis près de quarante ans. Depuis la destruction du barrage en 1981, fait savoir le ministre de l’Agriculture, les agriculteurs sont abandonnés et livrés à eux-mêmes à la merci du temps. Les canaux secondaires et tertiaires, poursuit-il, sont quasiment inexistants et la production a chuté considérablement. L’agriculture pluviale sous les aléas climatiques se développe dans tous les compartiments du périmètre et même des poches d’exploitation de sable sont constatés sur le périmètre.

En prenant la décision de remettre de l’eau définitivement dans les parcelles, le ministère de l’Agriculture dit opter pour la relance de l’Agriculture dans cette zone. Les travaux ne sont pas encore terminés. Ils sont même très loin de l’être. Mais les agriculteurs interrogés par le journal commencent à manifester leur satisfaction. L’espoir d’un retour à la culture de la terre renaît dans ces lieux. Certains d’entre eux se disent prêts à apporter leur aide gratuitement afin que le système puisse être fonctionnel à nouveau dans un délai raisonnable. 

Construit en 1958, le système de la tannerie a été dimensionné pour un débit de 4 m³/s, pour une superficie de 1800 hectares. Depuis la destruction du barrage en 1981, l’on assiste de manière impuissante à une diminution accélérée et continue des espaces cultivables. La partie encore réservée à l’agriculture est complètement réduite et n’est plus guère mise en valeur. Les autorités misent gros sur la remise en état du système. Ils croient que c’est le moyen d' inciter les agriculteurs à reprendre goût à la culture de la terre.   

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".