Eau, santé et cadre de vie

Publié le 2020-05-22 | Le Nouvelliste

Nous vivons dans une région où nos territoires sont exposés à une récurrence d’aléas majeurs et de catastrophes naturelles. Le séisme du 12 janvier 2010 a marqué un tournant important dans notre histoire de peuple : les conséquences désastreuses qui en découlent nous interpellent et nous obligent à repenser notre manière d’habiter l’espace haïtien aujourd’hui.

Les terribles expériences du tremblement de terre de janvier 2010 demeurent inoubliables. D’abord, nous avons dû faire face à notre désarroi : notre incapacité à sauver les victimes coincées sous les décombres des immeubles affaissés et nos pénibles efforts pour porter secours aux blessés. Puis, il a fallu s’occuper des innombrables survivants réfugiés sur les places publiques et terrains vacants. Entre autres, après la catastrophe, le premier besoin consistait à s’approvisionner en eau potable.

Les riverains atterrés avaient abandonné leurs maisons pour s’installer en pleine rue, de peur que celles-ci ne cèdent sous l’effet meurtrier des répliques. Au fil des jours, l’eau à usage domestique allait devenir tout aussi urgente que l’approvisionnement en eau potable. Pour toutes celles et tous ceux qui avaient pris l’habitude de s’en servir sans y penser, ce fut l’heure de révélation : l’eau est un élément essentiel à la vie humaine.

En plus des risques naturels inhérents aux différentes régions du monde, l’être humain est aussi menacé par les ennemies redoutables, difficilement contrôlables, que sont les épidémies qui peuvent se transformer en pandémies. Depuis décembre 2019, l’apparition du nouveau coronavirus affecte considérablement la vie à travers la planète. L’habitat humain étant universel, notre pays n’y a pas échappé.

La propagation des maladies est encore un fait qui souligne l’importance de l’accès à l’eau, en quantité et en qualité, pour les sociétés humaines. La lutte contre l’expansion du COVID-19 remet en exergue l’importance de l’eau pour la santé, en l’un des aspects les plus basiques, celui de l’hygiène, l’un des premiers facteurs qui garantissent la santé.

En effet, la première exigence, figurant sur le protocole sanitaire mis en place pour la gestion et la prévention de ce nouveau virus est très simple : se laver les mains. Cette recommandation, aussi banale qu’elle puisse paraître pour les communautés bénéficiant d’installations directes de l’eau courante dans les maisons, a représenté un grand dilemme pour les personnes n’y ayant pas accès. Tel a été le cas d’un trop grand nombre des divers secteurs de la population haïtienne, au niveau des zones rurales et dans les quartiers populaires et bidonvilles de nos grandes villes.  

Face aux multiples formes de catastrophe qui menacent l’univers, les nations ont pour obligation de questionner la manière dont elles habitent les territoires. Dans le cas précis d’Haïti qui nous intéresse, dix ans après le séisme de 2010 et en pleine pandémie du COVID-19, il est urgent de trouver des pistes de solutions qui répondent aux nombreuses interrogations de l’heure, notamment celles relatives aux approches les plus aptes à développer notre résilience telles que l’accès à l’eau afin de préserver notre santé et augmenter notre qualité de vie.

La santé est la base de la vie. De la qualité de notre santé dépend en grande partie notre espérance de vie et nos chances d’entreprendre nos activités avec succès. C’est dans cet esprit que l’article 19 de la constitution haïtienne fait à l’Etat l’obligation « de garantir le droit à la vie, à la santé, au respect de la personne humaine, à tous les citoyens sans distinction, conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme. » L’eau indispensable à la vie, devient, par conséquent, un droit fondamental.

Cependant, en dehors d’une gestion sensible et efficace, contrôlée et rigoureuse, l’eau est susceptible de rareté. C’est un élément naturel qui, tout en étant l’objet de transformations, échappe à la production industrielle directe. Cette ressource indispensable représente aussi certains risques, car elle peut provoquer des catastrophes aussi contradictoires que dangereuses. En périodes de sècheresse, la pénurie d’eau occasionne des famines. Pendant les périodes pluvieuses, les crues des rivières et des fleuves produisent des inondations destructrices qui emportent tout sur leur passage.  

Dans toutes les civilisations, l’eau a été l’élément catalyseur qui a favorisé la sédentarisation et l’aménagement des établissements humains dans les territoires vierges. L’eau a changé la condition humaine avec la domestication de l’espace, le contrôle des crues et des inondations, la pratique de l’agriculture et l’irrigation des terres. L’irrigation des terres a permis d’assurer la sécurité alimentaire et la stabilité des communautés dans les territoires.

L’eau entre en interaction avec le cadre de vie, la qualité de vie et la santé des populations locales. La gestion de l’eau a donc toujours fait l’objet de politiques publiques comme étant un facteur de progrès et un indicateur de développement. Il nous faut identifier et connaitre les enjeux de la santé dans les champs de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, car l’ensemble des décisions à prendre dans les domaines liés à l’habitat urbain et rural impacte sur la santé des populations à court, moyen et long terme.

Quel type d’urbanisme devons-nous développer pour avoir un impact durable sur la qualité de vie dans nos communautés urbaines ? Quelles réponses faut-il apporter en aménagement du territoire pour améliorer le cadre de vie des populations rurales ? Quel urbanisme aujourd’hui permet d’assurer la santé des populations à moyen et à long terme ?

Pour mieux habiter l’espace, nous devons opérer un changement de paradigme en intégrant les composantes d’un développement socio-économique durable aux enjeux liés à la santé et à la qualité de vie dans les collectivités locales. De plus, une meilleure compréhension de l’importance de l’eau doit être inculquée à la population afin qu’elle en fasse une utilisation adéquate, évitant tout gaspillage et favorisant une distribution équitable des services liés à la gestion de l’eau.

Il nous faut développer un urbanisme et un aménagement du territoire intégré qui permettent d’agir sur les enjeux sanitaires dans nos villes comme dans nos agglomérations rurales. Nous devons prôner un urbanisme favorable à l’aménagement de logements décents dotés de sanitaires fonctionnant avec de l’eau courante et à la diminution de la promiscuité dans les quartiers précaires. Ainsi, l’assainissement des espaces urbains et la lutte contre l’insalubrité dans nos villes et nos campagnes permettront de contrecarrer la prolifération des maladies vectorielles et des épidémies en milieu urbain comme en milieu rural.

L’urbanisme et l’aménagement du territoire doivent préconiser, avec la fourniture en eau comme prérequis, des solutions adéquates aux questions d’assainissement liées à l’habitat urbain et rural. L’accent sera mis sur le tri, la collecte, la gestion et le traitement des déchets solides et liquides et la gestion des eaux usées ou grises. Également, l’aménagement de décharges publiques aux normes pour l’entreposage des déchets organiques permettra de compléter l’assainissement dans les villes et les agglomérations rurales pour la santé et une meilleure qualité de vie des populations.

Nous devons développer des politiques d’aménagement du territoire favorables à l’assainissement et à la gestion des marchés publics et des lieux de commercialisation à travers tout le pays. Les politiques publiques mettront également l’accent sur des interventions favorisant une offre en espaces bleus et en espaces verts intégrés aux équipements collectifs pour créer des ambiances de qualité dans l’aménagement de nos lieux de loisirs, de détente et de production sociale.

L’eau fait partie de notre patrimoine naturel, c’est un bien commun qui relève de l’intérêt général. L’eau est un bien social vital qui nous permet d’habiter un territoire et de consolider notre habitat. Toute politique d’aménagement du territoire favorable à la santé des communautés implique un aménagement et une gestion rigoureuse des eaux, à savoir l’eau potable, l’eau à usage domestique et les eaux usées et doit faire appel aux compétences et à l’ingéniosité créatrice des urbanistes.

Pour augmenter la qualité de vie en milieu urbain et rural, les collectivités locales doivent, en priorité, implanter et mettre en œuvre des systèmes d’adduction d’eau potable et s’assurer de l’approvisionnement en eau courante dans les villes comme dans les localités rurales. Avec l’apport des énergies douces, la fourniture en eau potable et en eau courante permet de combler rapidement les attentes des populations et contribue aussi à l’assainissement des territoires urbains et ruraux.

Nous devons faire le choix de mieux habiter notre habitat et nos territoires afin de mieux habiter la planète et la garder en bonne santé. Notre qualité de vie dépend de prime abord de l’excellente santé de nos populations, de notre environnement, de notre pays. Il s’agit d’améliorer nos façons d’habiter nos espaces et l’une des urgences demeure actuellement une meilleure gestion de l’eau garantissant l’accès à l’eau potable et à l’eau courante pour tous en Haïti.

19 mai 2020.

Chantal Volcy CEANT et Sabine MALEBRANCHE Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".