Le gouvernement demande aux religieux de réduire les rassemblements à 50 personnes

Lors d’une conférence de presse, mercredi 18 mars, au Centre d'informations permanentes sur le coronavirus (CIPC) du ministère de la Culture et de la Communication, le chancelier haïtien a fait savoir qu’une rencontre a eu lieu avec des leaders religieux sur les comportements à adopter pour éviter la propagation du Covid-19. Il leur est demandé de réduire la présence dans les cultes, messes et autres rassemblement à 50 personnes.

Publié le 2020-03-18 | Le Nouvelliste

Le ministre des Affaires étrangères, Claude Joseph, révèle avoir rencontré des pasteurs, des prêtes, des musulmans et des vodouisants pour leur demander de contribuer avec le gouvernement à la sensibilisation de la population aux mesures visant à la protéger de l’épidémie de coronavirus. Le chancelier haïtien indique avoir demandé à ces leaders de décourager les fidèles à s’embrasser, à se serrer la main, de mettre à leur disposition de l’eau propre et du savon.   

Le ministre des Affaires étrangères a fustigé au passage le comportement irresponsable de certains leaders religieux qui affirment sur les réseaux sociaux détenir des formules spéciales pour la guérison. Le directeur général des Cultes, Évans Soufrant, les a déjà convoqués, poursuit le ministre. « L’État n’acceptera pas que des gens induisent la population en erreur. Le virus n’est pas un zombi ou un mauvais esprit, je comprends que des gens prient mais la meilleure façon de se protéger, c’est de respecter les dispositions sanitaires et les consignes de prévention », a-t-il rappelé.  

Plus loin, le chancelier annonce que le ministère de la Santé publique envisage de tenir des séances de formation sur le coronavirus avec les leaders d’églises dans l'objectif de démystifier la maladie qui doit être combattue avec des mesures d'hygiène.  Les leaders religieux, qui entretiennent une proximité avec la population, ont manifesté leur adhésion à la stratégie visant à faire la prévention de la maladie, a ajouté M. Joseph.

Ses derniers articles

Réagir à cet article