La REINE ANACAONA a 33 ans ce 3 février 2020

Publié le 2020-02-06 | Le Nouvelliste

J’étais présent et j’ai même présidé ou parrainé le baptême d’ANACAONA. La reine fête aujourd’hui  3 février ses 33 ans ; c’est une date historique pour notre football féminin. Les Gladiatrices du Bel-Air des frères ou de la famille Carré ont été créées aussi un 3 février en 1972 et Anacaona en 1987. Yves Adolphe Damour « Dodof » et Jean Yves Labaze, moniteurs de sport au lycée Anacaona de Léogâne, décidèrent dès lors de lancer l’équipe de la REINE.

À l’époque, le football féminin était en crise. Le retrait de la première génération de joueuses, celles des années du début 1972/1975, se faisait  progressivement de la scène. Le football tout court était plongé dans une profonde  léthargie malgré le brillant titre de champion de la Concacaf des clubs champions du Violette sous la direction des coaches Charles « Ponpon » Vorbe et Ralph Kernizan en 1984, les inoubliables prestations d’une historique sélection Gonaïvienne, championne tout terrain, la belle équipe de l’Aigle Noir entraînée par le duo Eddy Simon et Serge Pierre. Les événements qui allaient culminer avec le départ du régime des Duvalier s’accentuant au fil des mois avaient diminué la passion autour du football et surtout, malgré la première tentative de la fédération de lancer un championnat national regroupant 10 sélections de ville et 6 anciens clubs pensionnaires de la Coupe Pradel, les clubs féminins, ceux des années 70, connaissaient et entraient dans une profonde léthargie. Excelsior, Gladiatrices, Minerve, Suprêmes, Super F, Aiglonnes, les plus notoires des pionniers, avaient suspendu leurs activités. Marcel Mathieu avait bien lancé les Hirondelles des Cayes, mais ce club, qui allait connaître sa gloire en 1988 en remportant le 1er championnat national de l’histoire du football féminin était encore balbutiant. Le football féminin, était menacé de disparition et même les Tigresses qui tenaient bon en maintenant leurs activités d’entraînement chaque dimanche à l’Union school au Bicentenaire ne trouvaient pas de sparring partners. Bref, le foot féminin vivait une période précaire.

LA Renaissance

Le second souffle allait venir de Léogâne grâce au dévouement et à la compétence de deux enthousiastes moniteurs de  sport du lycée de la ville. En 1987, outre le club qu’ils prirent l’initiative de lancer, Dodophe et Labaze, respectivement président et secrétaire général du nouveau club féminin, prirent l’initiative de lancer une compétition qui portait bien son nom : la Coupe de la Renaissance.

À cette époque, dans la foulée de la création d’anacaona,  d’autres clubs furent lancés dans la cité d’Anacaona :  Colo Colo à l’Acul, Xaragua de Guérin, Aurore de Branche, Saint-Luc  très proche de l’Église épiscopale, se lançaient dans l’arène avec certains clubs récupérés de ceux qui  ont existé avant 1986 à la capitale. Les dirigeants d’Anacaona lancèrent donc aux cours des vacances d’été 1987, au parc Gérard Christophe, la Coupe de la Renaissance et ce fut un royal succès. De partout, on accourut et on fit la promenade, le pèlerinage vers  la cité d’Anacaona les jours de match. Tigresses, qui alignait déjà Woodlenne, Ti Jacques, Guérina et aussi Solande Pierre , Alourdes René, Marie Michèle, Roseberte Marcelin, Adeline Paul, Santia François, Gertrude Piquant, Solange Maitre, Marie-Louise Gauthier, logiquement, remportait cette  première édition. Mais surtout la flamme du foot féminin s’était vivement rallumée. Le football féminin connaissait un nouveau printemps. De jeunes journalistes comme Roro Pharel mais aussi des chevronnés comme Raymond Jean-Louis avaient pratiquement installé leur studio à Léogâne, ce qui expliqua d’ailleurs ce succès époustouflant du tournoi. C’était même la folie à l’époque autour d’Anacaona. Partout on parlait des « reines » qui étaient belles et qui surtout partiquaient un beau  et chatoyant jeu ! Les Monique Édouard, Jacqueline Rhene, Naomie Lazard, Ti Botte Milord, Marlène Gilles entre autres attiraient des foules énormes partout où les Bleu et Blanc se produisaient. Ce succès relançait tout de suite les compétitions officielles de football féminin puisque, dès novembre 1987, la Féldération lançait le 1er championnat national féminin. Ce fut vraiment la renaissance !

Outre les villes déjà impliquées dans le foot féminin, on eut l’inscription de plusieurs équipes comme Fiorentina de Cabaret, Fiorentina de Liancourt, Stars Gonaïviennes et surtout Hirondelles des Cayes qui remporta d’ailleurs ce 1er titre lors de cette finale du 4 juin 1988 gagnée face aux Tigresses qui eut le malheur de perdre au cours du match l’une des plus formidables attaquantes que le football féminin ait connue, Guerina Faubert. Lors de cette finale, qui mit en vedette des joueuses inoubliables,Wilberte Jérôme , Sandra Zéphyr, Marie Carmel Duperval , Solange Maître... d’un côté, et aussi Marie-Lourdes NICOLAS, Roselenne Merlin, Marie Lourdes Amazan, Joceline Pierre, Sainte-Anne Laguerre, 

Pour la première fois, la TNH, à une heure de pointe, diffusait en direct un match féminin. Curiosité aidant, ce fut une audience de great event. Anacaona avait été sortie en demi-finale par les Cayennes. Méritoire victoire des Cayennes réputées pour leur combativité, leur solidité défensive autour de Josette Pierre et la grande efficacité d’attaque avec Roselenne Merlin. Dommage que cette belle formation ne survécut pas à la mort de son président /fondateur, Marcel Mathieu de la radiodiffusion haïtienne et de la radiodiffusion cayenne, un très grand patron et un formidable homme de radio. Cette jeune équipe avait été séduisante durant tout le championnat. Une équipe inoubliable avec des filles remarquables.

Anacaona donnait une nouvelle vie au football féminin 

Les pionnières  de 1987: Monique Édouard, Jacqueline Rhene, Amalia Vilbon, Ansy Blaise, Zulie, Naomie Lazard, Guirlande Gilles, Marguerite Milord(Tibot), Marlene Elisca, marguerite Rosir , Darline... Nanotte, Marie Carmel Michel, Magalie Jacques, Yvette Félix, Guirlande Gilles, Ti Cocotte, Yva Pétiote, Yva (zo), Gina René, la soeur de jacquot... avec une réputation solidement établie aux Antilles que l’équipe a visité plusieurs fois avec à la clef de mombreux succès. 33 ans plus tard, malgré les problèmes économiques, malgré la Mort d’un de Ses « poto mitan », Labaze, et les sacrifices de son président fondateur, Dodophe, ANACAONA reste un club  de référence fournissant des joueuses de poids  aux équipes nationales: Nelourdes Nicolas, Sherly, Naomie Ambrose, Kelidad Damour. Le club a marqué l’histoire du football féminin. L’une de ces anciennes étoiles, Monique Édouard, entraîne une équipe universitaire aux USA et une des anciennes capitaines,Yvette Félix, est un des coaches formateurs respectés de l’académie CAMP NOUS et des équipes nationales.

Yves Jean-Bart

Yves Jean-Bart Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".