12 janvier : l’Église catholique exhorte à mieux faire

L’Église catholique a commémoré dimanche, les 10 ans du tremblement de terre survenu le 12 janvier 2010 en la cathédrale transitoire de Port-au-Prince. C’était l’occasion pour les autorités ecclésiastiques d'évoquer leurs souvenirs, d’exhorter les fidèles et de réaffirmer l’engagement de l’Église.

Publié le 2020-01-13 | Le Nouvelliste

Sur un tableau couvert d’un tissu en blanc, des photos des disparus du 12 janvier sont exposées au côté est de l’autel. Les fidèles, tenue sobre, se tiennent avec une bougie allumée. Les prêtres, en procession, font leur apparition  en silence. Pour un dimanche de célébration de baptême de Jésus, la messe a l’allure d’un jour sombre. « On célèbre le baptême de Jésus mais aussi la tragédie du 12 janvier 2010 qui a laissé des familles endeuillées, un pays effondré et qui a causé plusieurs centaines de milliers de morts.»

Au moment de la prière universelle, Julie Pierre, dans la vingtaine, éclate en sanglots. Elle s’est laissée rattraper par ses démons. Des démons qu’elle a connus après que le séisme eut terrassé toute sa famille. Ses parents, ses grands-parents, ses trois frères et sœurs ainsi que ses deux cousines ont perdu la vie sous les décombres de leur maison. Elle est la seule survivante de cette grande famille. Tel l’effet domino, à l’autre bout de l’église, une autre femme pousse des cris de douleur. Bellegarde, quant à lui, dans son mouchoir, laisse dégouliner quelques larmes.

10 ans après, les stigmates sont présents comme si c’était encore hier. Les plaies restent béantes. « On essaie d’aller de l’avant. Mais vous admettrez que c’est difficile quand vous avez tout perdu, quand vous êtes seul au monde et que chaque matin à votre réveil, vous vous demandez ce que va vous réserver cette journée », confie Julie à l’issue de la célébration eucharistique.

Devoir de mémoire. L’Église catholique qui, ce jour-là, a perdu son pasteur, Mgr Serge Miot, ainsi que tous les membres de son équipe et sa cathédrale, tenait à marquer cette date. Après avoir évoqué des souvenirs douloureux comme l’effondrement de nos bâtisses, et les morts enregistrés et des souvenirs heureux comme la solidarité qui s’est manifestée quelques minutes après les premières secousses, le chef de l’archidiocèse de Port-au-Prince, Mgr Max Leroy Mésidor, invite, dans son homélie, à un changement de paradigme.

« 10 ans après, l’Église se pose des questions. Où sont les milliards qui ont été promis ? Ont-ils été octroyés ? Qu’est-ce qu’on a fait avec ? Dans quel sens l’aide internationale, a-t-elle changé la situation des Haïtiens », a questionné l’archevêque métropolitain qui demande si l’on a retenu les leçons du 12 janvier pour mieux faire face à une catastrophe de cette dimension.

Le rapport de la Banque mondiale intitulé « Investir dans l’humain pour combattre la pauvreté » indique que sur toute la planète, Haïti est le 5e pays le plus exposé aux catastrophes naturelles. 93% de la surface d’Haïti est exposée aux catastrophes. 96% de la population est exposée au risque de désastre naturel. « Il faut des mesures importantes pour l’avenir de cette nation. On ne peut pas jouer avec un pays ainsi. L’État doit prendre ses responsabilités », a déclaré le prélat, ajoutant que « l’Église, en ce jour, exhorte les fils du pays à comprendre la nécessité de se projeter dans l’avenir ».

Plus loin, Mgr Max Leroy Mésidor réaffirme l’engagement de l’Église de rester aux côtés du peuple haïtien, d’œuvrer pour l’amélioration de ses conditions de vie.  L’Église opte à investir dans l’homme haïtien. « Pour avoir un pays nouveau, il faut des hommes et des femmes nouveaux », a-t-il-ajouté. Concernant la reconstruction des infrastructures de l’Église  catholique détruites lors du séisme, Mgr Max Leroy Mésidor confie que cela prendra probablement du temps, mais elles se relèveront un jour.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".