Théâtre | 16e édition

Le festival 4 chemins proclame : « Tous les hommes sont fous »

Publié le 2019-11-26 | Le Nouvelliste

« Le mode est fou, le monde est beau. Une symphonie toujours nouveau », chante le crooner espagnol Julio Iglesias. Il ne croit pas si bien dire à l’heure où la planète s’enlise dans des conflits immodérés qui occasionnent des milliers et des milliers de morts. Ceux qui ont perdu leurs êtres chers sont devenus des tombeaux ambulants. Ils portent la mémoire des disparus comme des urnes remplies de leurs cendres.

L’Haïtien vit aujourd’hui dans un environnement troublant ; sa vie se développe dans un écosystème qui glisse vertigineusement dans la perte du sens commun, des comportements anormaux et des pulsions meurtrières. L’interaction qui se produit entre les institutions, les groupes, les différentes composantes et éléments qui se reproduisent au sein de la société dans cette dynamique suicidaire a un grand impact sur la santé mentale.

Sur le plan physique, l'environnement répugnant dans lequel croupit la population laisse croire qu’une nouvelle espèce a muté dans la partie occidentale de l’île. Le milieu a fini par donner aux individus le réflexe des rats parmi les ordures qui regardent à droite et à gauche avant de s’orienter dans une direction.

Sur le plan psychique, l’effondrement moral de nos institutions a provoqué un séisme d’une grande magnitude qui a fragilisé les esprits dans toutes les strates sociales. Dans cet espace nocif, le système nerveux du citoyen est affecté. Aussi son système de défense mène-t-il un combat de tous les instants pour garder l’équilibre. Combien de citoyens sont-ils armés pour livrer combat à cette invasion toxique ?

Une formule qui claque « Tous les hommes sont fous »

Cette année, la 16e édition du festival 4 chemins déroule tapis rouge pour la comédienne, metteur en scène, réalisatrice et enseignante, Michèle Lemoine. Le festival a fait le choix d’un thème qui interpelle la conscience citoyenne : « Tous les hommes sont fous. »  La formule claque et nous commande de garder les yeux grands ouverts sur les acteurs de tous horizons qui colonisent l’État. Ils ont une stratégie qui glace le sang. Ces prédateurs, ces charmeurs de serpents portent un discours mielleux destinés à faire rêver. Ils sont programmés pour écraser le peuple sous des montagnes de difficultés. Ils n’ont aucun plan d’activités pour orienter les énergies de la jeunesse.

Le directeur artistique des 4 chemins, Guy Régis Junior, a donné la parade dans son éditorial, quand il dit : « Malad mantal pa joujou lakomedi. Malad mantal se yon dram. À l’heure où le mot folie semble se perdre, biffé par tous les vocables scientifiques. »

Dans une verve d’humour noir, il ironise : « Le mot folie devient si rare qu'on ne perd plus la tête. On ne perd plus une feuille. On n’a même plus un grain de folie. À l’heure où seulement 1% du budget total de la santé, de notre chère patrie en déroute, lokée-délokée, va à la santé mentale, comme s’il ne s’agissait pas d’une réelle question de santé publique. »

Un regard sur l’actualité nationale donne une représentation des idées toxiques déversées dans notre quotidien. Il faudrait être dépouillé de tous les codes du langage pour être à l’abri de cette logorrhée abêtissante.

C’est dans ce désastre national qu’une parole tourmentée brûle dans notre sang. Cette parole portée sur scène nous interroge, plonge sa sonde dans la plaie qui nous ronge jusqu’à l’os.

Les acteurs de tout acabit qui occupent le devant de la scène nationale seront-ils à l’écoute de nos comédiens ? Comme le dit Guy Régis Jr : « Après toute catastrophe naturelle, ce qu’on recense le plus chez les victimes, ce sont le plus souvent les traumatismes psychologiques, plus que les blessures physiques. »

Cette crise nous a fait du tort. Cette crise nous a ruinés. Si cette crise rend fou, dans nos grands intervalles de lucidité, si on n’est pas foudroyé par une forme d'idiotie, ne voyons-nous pas que nous n’allons pas dans le sens des intérêts d’Haïti ?

À bien regarder. De la même manière qu’un individu est déjoué, qu’un individu a perdu tous ses repères et devient la risée de tout le monde, Haïti s’abîme dans la série à répétition de ses spectacles de folie. 

Allons au festival 4 chemins. Allons au théâtre. La scène comme lieu provisoire au spectacle de la vie tend un miroir à l’absence et à l’égarement de nos esprits.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".