Des illusions de jours meilleurs...

Publié le 2019-10-03 | Le Nouvelliste

Le président Jovenel Moïse est réapparu sur les radars. Jeudi matin, en compagnie de la première dame, le chef de l’Etat s’est arrêté à l’avenue Panaméricaine, à Pétion-Ville, où il a serré des mains et échangé quelques mots avec des marchandes. La réapparition du chef de l’Etat, flanqué de son escorte, est presque une petite victoire. Au temps fort des manifestations des derniers jours à Port-au-Prince et dans d’autres villes du pays, la rumeur, à son zénith, a indiqué que le président s’est mis à couvert.                                                                    

Le président Moïse, après cette petite escale spontanée ou orchestrée, a reçu les lettres de créance de  Sylvie Tabesse, nouvelle cheffe de l'Union européenne en Haïti. « Cette cérémonie est un acte de raffermissement des relations déjà excellentes entre Haïti et l’Union européenne », a soutenu le Palais sur son compte Facebook.                       

Le président Jovenel Moïse dont la démission est réclamée par une large majorité de partis de l’opposition, des écrivains, des petrochallengers..., fait le dos rond face à une énième tempête politique. Égal à lui-même, ce chef de l’Etat, appelé par les évêques d’Haïti à tirer les conséquences de ses échecs, s’accroche au pouvoir, mange les jours de son quinquennat  avec l’appétit d'un naufragé. Il profite, aussi, de cet appel d’air provoqué par les rounds de consultations du Core Group qui distille l’évangile du dialogue aux opposants au président Jovenel Moïse.

Encore une fois, le Blanc est, pour Jovenel Moïse, une bouée de sauvetage.                                                            

Le reste, tout le reste, semble passer au second plan. L’angoisse des illégaux haïtiens au Bahamas qui viennent de recevoir l’avis de rentrer chez eux ou courir le risque d’être déportés, un mois après le passage de l’ouragan Dorian, est loin d'attirer l’attention des chefs. Ces illégaux, dont une majorité a joué une fois leurs vies à la roulette russe sur de frêles esquifs, auront toujours la tête pleine du rêve américain tant que la pauvreté, la corruption, l’incurie des chefs resteront les caractéristiques de cet État fragile, failli.                                                  

Ils continueront à risquer leurs vies pour une meilleure vie tant que sur le front de la lutte contre la corruption, de la réduction de la pauvreté, de la création de richesse et d’une meilleure redistribution des richesses Haïti aura des présidents comme Jovenel Moïse qui, à défaut de bilan, n’a que des mots et des promesses usées, non matérialisées dans la glaise du réel.                                            

Qu’à cela ne tienne, le président Moïse continue sa route après avoir obtenu le bouclier Trump en enfonçant, au nom de sa propre survie politique, l’épée dans le dos à Maduro.

Le reste, tout le reste, semble être définitivement relégué au second plan. Les semaines d’école perdues à cause de la rareté d’essence et des manifestations, les entreprises pillées, les entreprises contraintes déjà et bientôt au dépôt de bilan, le nouveau et silencieux exode de nos restes de cerveaux, l’enlisement dans la pauvreté avec une inflation autour de 20%, 33% de perte de valeur de la gourde par rapport au dollar sont presque des faits divers, des chiens écrasés.            

Ce 3 octobre, ce président vêtu de blanc qui a déambulé à Pétion-Ville à la veille d’une nouvelle manifestation de l’opposition vendredi a un budget reconduit. Pour un second exercice consécutif. Ni la BRH, ni le ministère de l'Économie et des Finances (MEF) ne sont venus expliquer ce que l’on sait déjà, vit déjà et voit déjà dans les assiettes.

Ils devront pourtant, sans travestir la réalité, laisser parler les chiffres de la gouvernance chaotique de l’équipe au pouvoir, les chiffres de nos mauvais choix, de nos refus, sur une longue durée, d’effectuer des réformes structurelles pour sortir du désordre fiscal, économique, financier d’un État qui est fort en dépenses courantes et médiocre en dépenses d’investissement au bénéfice de la population.    

Les amis «  blancs » du président Moïse ne seront pas surpris qu’au cours de l’exercice qui vient de s’achever que le taux de croissance du PIB soit autour ou inférieur à 1% avec un taux de croissance démographie de 1,5 % l'an. Ici, pays où la perception de la corruption est si élevée, sans procès d'envergure ces trois dernières decennies, il faut toujours craindre les assauts de cette armée de pauvres contre le statu quo de ce leadership désastreux, soutenu, dans la durée, par des Blancs puissants et des nababs du secteur privé qui appuient et font le dos rond, eux aussi, en berçant des illusions de jours meilleurs...

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".