Carte blanche à Jean-Claude Boyer

La précarité et la scolarité

Publié le 2019-09-06 | Le Nouvelliste

Un ami, vrai mécène, prend à cœur toutes les sollicitations. Son portable n’arrête pas de sonner. Il vient de boucler un appel que déjà on cherche à le joindre. Et c’est ainsi tous les jours. Je me demande comment arrive-t-il à soulager toutes ces souffrances économiques. Puisque c’est de cela qu’il s’agit. Eh oui ! La maladie de la précarité, de l’impécuniosité. Notre rédacteur en chef, Frantz Duval fait bien de relever qu’il n’y a pas d’argent. Aucun parent ne dispose de liquidité pour faire face aux obligations de la rentrée. Dans le temps, autour de moi circulait une formule : « L’argent me fuit». J’aimais bien cette image au point que je la reprenais à mon compte à l’occasion.

Mon ami, donc, a la générosité, la magnanimité dans le sang. Toujours la main sur le cœur. Même à la retraite, il s’arrange pour ne refuser personne. La population étant devenue une armée de nécessiteux, de besogneux, comment l’assistance ne serait-elle pas une pratique durable ? Toujours assister, toujours secourir, toujours tendre la main. Voilà ce qu’est devenu le destin des altruistes. Consolation : Par la pratique du don, il y en a qui trouvent ainsi l’utilité de leur existence.

En réalité, nous ne disposerons jamais assez de liquidités pour satisfaire toutes ces misères autour de nous. Trop de gens sont plombés par le chômage et le sous-emploi. Et sans travail, impossible de prendre de l’élan, eh oui ! De s’élancer. Tant que la pauvreté sera massive, les lamentations, les jérémiades seront infinies. L’ami venait d’être relancé sur son portable pour un appui financier par la mère d’une élève. La scolarité pour l’année s’élève à 100 000 gourdes. Comme je marchais en sa compagnie, il me fit remarquer que ce mois d’août, une première tranche de 35 000 gourdes a été payée. Le paiement d’une deuxième tranche de 30 000 gourdes devait suivre en novembre puis celui de la troisième et dernière tranche de 35 000 gourdes est prévu en janvier 2020.

Je relève une propension à se lamenter du moindre coût. Comme quoi à toute pratique marchande devrait se substituer la gratuité. De la même façon que tout ne nous est pas dû, tout ne peut être gratuit. Il nous faut nous imprégner de l’idée que tout a un coût. Et le coût a toujours une contrepartie. Celle d’un produit ou d’un service. L’école, elle aussi, a des charges qui sont la contrepartie du service éducatif offert et fourni aux potaches.

Tout compte fait, réalise-t-on que l’établissement scolaire qui aménage en trois ou quatre versements le paiement de la scolarité, réclame du parent l’équivalent de mille dollars américains pour l’année? Pourquoi se lamente-t-on devant cette  réalité ? Parce que nous ne nous faisons pas à l’idée que le passé c’est le passé. Le change à cinq gourdes pour un dollar a déjà plongé dans la nuit des temps. La réalité du change d’aujourd’hui aboutit à un panier de gourdes pour payer le moindre service. Comme rien n’est fait comme politique publique pour soutenir la volonté des entrepreneurs de créer des emplois durables, des couches de plus en plus nombreuses de la population s’enfoncent dans la pauvreté et trouvent un dérivatif dans la lamentation mièvre, le « plenyen» sans fin pour esquiver cette même et cuisante réalité. D’où obligation pour ceux qui assautent les places fortes de l’État de s’entendre avec le secteur privé des affaires en vue de poser les bases du décollage économique. Sinon, continuera la descente aux enfers.

Jean-Claude Boyer Vendredi 30 août 2019 Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".