Louisna Laurent, avocate des conditions des artistes

PUBLIÉ 2019-07-15


Elle fait partie des trois comédiennes à l’affiche de « Récits de femmes » qui sera représenté le 17 juillet à compter de 7 h p.m. à l’IFH dans le cadre de la 4e édition du festival En Lisant. En attendant, découvrez ci-après le profil d’une artiste qui milite aussi pour de meilleures conditions pour ses pairs évoluant dans le contexte haïtien.

À notre rencontre, elle s’inquiète pour son maquillage. Elle nous demande si son visage n’est pas gras, exige de voir les photos d’elle que nous venions de prendre… Louisna Laurent est femme jusqu’au bout de ses doigts, comme a dit l’autre dans une chanson mielleuse. Au-delà de ce trait de caractère inhérent à beaucoup d’autres femmes, il y a aussi l’artiste. Depuis ses 15 ans, Louisna pratique le théâtre.

L’élève studieuse qu’elle a toujours été n’a pas eu trop de mal à boucler son cursus en sciences juridiques, sans pour autant oublier le théâtre. « Je trouvais toujours le moyen de me consacrer aux deux », confie-t-elle. Diplôme en main, la jeune femme s’est donné le but depuis lors de se consacrer uniquement à sa passion de toujours.

Quelques années à pratiquer cet art apprennent à Louisna que le secteur a autant besoin de talents que de ressources humaines qualifiées pouvant œuvrer à une meilleure structuration. L’actrice s’est donc éloignée de la scène quelque temps par dégoût des conditions peu commodes qu’elle y trouvait et aussi pour se former comme ça se doit pour être l’exemple de ce que le secteur a besoin. Louisna boucle d’abord une licence en médiation culturelle avant d’obtenir un master en développement de projets culturels et artistiques internationaux. De retour au pays, elle réalise que peu de choses ont changé pour les artistes sinon qu'il y a beaucoup plus de talents qui éclosent qu’à l’époque  de son relatif hiatus.  

Louisna est donc aujourd’hui directrice du Centre culturel Pyepoudre. Elle est une membre active de l' association   Tamise, l’institution derrière « Les rencontres des musiques du monde ». Ses retrouvailles avec le théâtre ont été pour ainsi dire célébrées à travers une mise en scène qu’elle a fait de « Epilogue d'une trottoire» d'Alain Kamal Martial.

Dans le cadre de la 4e édition du festival En Lisant, la voici parmi les trois comédiennes qui évolueront dans la pièce « Récits de femmes " une adaptation de l'ouvrage " Nous avons toutes la même histoire"   de Dario Fo et Franca Rame sous la direction d’Eliezer Guérismé. « Il s’agit, comme le nom l’indique, des monologues où des femmes se racontent », explique la comédienne avant d’ajouter que les personnages sont anonymes et tendent à évoquer les conditions de beaucoup de femmes.

En ce qui concerne ces ambitions, Louisna ne croit pas aux bondieuseries ; elle n’a pas ce genre d’optimisme aveugle. « Je n’ai pas l’âge, dit-elle, pour croire à des chimères de carrière internationale, de contrats par-ci par-là, d’être la reine des couvertures de magazines... Je suis plutôt hors système. Je suis une artiste qui tente plutôt de réaliser ce qu’elle doit réaliser sans trop me soucier de ce qui en sera dit ». Son ambition serait plutôt de travailler en faveur du secteur. « Mon ambition serait d’œuvrer en sorte qu’on ait plus de salles adéquates pour nos représentations, qu’on ait la sécurité sociale, en un mot, de meilleures conditions pour nos artistes », ajoute-t-elle.

Quid de modèles ? Elle cite Rolando Etienne comme quelqu’un dont elle est tributaire de beaucoup. Elle affectionne de grandes dames comme Michèle Lemoine, Paula Clermont Péan qui dressent toujours la barre très haut selon elle.

Mariée depuis toute jeune, l’aînée de sa famille n’est pas du tout fan des réseaux sociaux. Il faut sous-entendre que ses admirateurs secrets ne pourront pas lui faire un DM sur Facebook ou sur Instagram. Alors il leur faudrait seulement l’appeler, mais pour cela ils devraient avoir son numéro ! Au lieu de gaspiller ses énergies à regarder son fil d’actualité ou encore son mur, elle les mobilise à se consacrer à des actes humanistes qui lui tiennent à cœur.

Louisna Laurent nous attend donc nombreux à 7 h pm ce mercredi à l’IFH pour « Récits de femmes ». Elle nous suggère d’arriver à l’heure. Dans le meilleur des mondes, l’actrice souhaite que ce soit surtout des gens qui ne sont point conscients de la condition des femmes qui viennent assister à la représentation.



Réagir à cet article