Théâtre | IFH

« Au bord », monologue sur une image choquante à la prison d’Abu Gharaib, en Irak

19h. Comme prévu pour la date du 10 juillet, le  comité du festival En Lisant a réuni professionnels du théâtre et amateurs curieux des pratiques culturelles, autour d’un poignant monologue soufflé par la voix riche, chaude et électrique de la comédienne Sachernka Anacassis. Pour assouvir la soif et combler le désir du public à l’occasion de la quatrième édition de ce festival, l’équipe a dû faire deux séances du même spectacle. Agrémenté de force gestes produisant certaines impressions répulsives, le texte de Claudine  Galéa « Au bord », mis en scène par Pascal Papini et Guillaume Langou, a résonné comme une perpétuelle quête de renouvellement d'une voix de femme qui s’effrite devant la douleur humaine.

Publié le 2019-07-11 | Le Nouvelliste

Plus d’un se rappellent l’image choquante de la soldate américaine tenant en laisse un homme. Cette histoire se passe à la prison d’Abu Gharaib, en Irak, pays du Moyen Orient occupé militairement par les États-Unis depuis le renversement du régime de Sadam Hussein. L’image est renversante dans la mesure où, dans le milieu arabe, la femme vit sous la domination totale de l’homme. La culture orientale s’oppose à l’occidentale. Cette dernière a aménagé depuis le siècle dernier une place pour l’équité de genre. Venons à l’Institut français en Haïti. On va revivre sur les planches à travers l’interprétation du texte de Claudine Galéa. « Vous croyez qu’on peut écrire avec des images pareilles sur des images pareilles à partir des images pareilles? Je ne peux écrire qu’à partir de ces images. Je suis cette laisse en vérité », lance Sacherncka Anacassis, la comédienne, qui interprète « Au bord », la pièce de Claudine Galéa.

« Au bord » n’a pas été conçue pour être un moment très plaisant. Elle fait naitre chez le spectateur des sentiments contradictoires.  Elle nous pousse à nous interroger sur notre rapport aux images, particulièrement à celles qui peuvent contrevenir à la loi sur les droits humains et à la dignité de toute personne. De même, elle nous conduit à nous interroger sur les possibles visages de la solitude et sur la condition humaine. À bien regarder, puisqu’il s’agit du théâtre,  la pièce nous invite à sortir des sentiers battus et du faux-fuyant, sans perdre de vue la capacité de proposer des dynamismes ouverts sur le dialogue contradictoire.

Sacherncka Anacassis, la comédienne, nous ramène à un fait réel et brode ses émotions. Contre l’oubli, les paroles sortent d’une bouche capable de générer des malaises, des silences, des souvenirs de peurs et quelques formes de mutisme qui représentent un réel défi dans l’espace public. Dans ce texte contemporain, rappelons qu’elle a porté avec mesure ce monologue inspiré de la célèbre photographie de la soldate  américaine à la prison d’Abu Gharaib. On la voit emprunter un récit qu’elle dépouille au fur et à mesure de ses silences, de ses non-dits et d’une omniprésence qui met en relief de complexes sentiments.

Avec le concept « Enfin seul », ce monologue oblige à voir et à entendre un texte contemporain puissant qui nous pousse à nous remettre en question. C’est la manifestation d’une écriture sensible qui met en évidence des sujets dont on ne parle pas assez, soit par laxisme, soit par manque d’intérêt. La violence et le sexe ont été portés par une dualité mêlant attirance, répulsion et bouleversement intime. Aussi le public a-t-il dénoté une aptitude à faire du ressenti une concomitance d’hostilité et de tendresse, empreint d’horreur, d’intimité, de maternité et de l’enfance.

Définitivement, ce spectacle se révèle une mise à nu de la violence.  Un défoulement, une thérapie qui emprunte le monologue comme trajet cathartique pour extérioriser des traumatismes vécus.

Le festival En Lisant honore une fois de plus la thématique de cette année : « Du bâillonnement de la parole à l’extinction de la parole bâillonnée. » Une voix de femme s’est confiée. Une voix de femme a plongé au fond du puits avec des mots intimes dont la force évidente hante encore.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".