Encore du sang sur vos beaux habits, messieurs et dames

Publié le 2019-07-10 | Le Nouvelliste

Mercredi, aux premières heures de la matinée, des bandits armés de fusils d’assaut ont fait une incursion au marché de Croix-des-Bossales, le plus gros centre commercial de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti. Interrogé par Amos Brévil, journaliste de radio Kiskeya, une marchande a rapporté, sur fond de tirs nourris, que quatre personnes ont été tuées par les bandits. Ces malfrats, dans leur progression, ont emporté besaces, sacoches et bas de laine des marchands, des gagne-petit, souvent obligés de contracter des crédits à des taux usuraires. D’autres témoignages glaçants évoquent des blessés par balle et des corps mutilés à l’arme blanche.

La police, contactée par le journal en milieu d’après-midi, n’a ni confirmé ni infirmé la nouvelle. Elle tiendra une conférence de presse jeudi, vingt-quatre heures après, pour communiquer des informations officielles. En attendant un bilan qui collera ou non à la réalité des faits, la police, une énième fois, est la cible de récriminations pour n’avoir pas pu, pas su contenir les assauts des bandits contre de paisibles citoyens et citoyennes. Sans tirer des conclusions hâtives, Croix-des-Bossales, La Saline constituent le cauchemar de la PNH, déjà épinglée dans le rapport de l’ONU pour son absence de réactivité lors du massacre du 13 novembre 2018.

Il n’y a pas que les éclaboussures de sang des victimes de La Saline, de Croix-des-Bossales sur les vareuses et beaux costumes griffés des chefs en uniforme, des chefs du Conseil supérieur de la police nationale d’Haïti (CSPN) composé du Premier ministre, des ministres de la Justice, de l’Intérieur, qui coiffe la PNH. Il y a aussi les morts sans sépulture gisant dans la boue du Bicentenaire, ces morts sans nom que les chefs ne comptent, ne veulent pas compter, ces morts abandonnés aux chiens, aux porcs, ces morts dont la décomposition au soleil, des jours durant, est offerte en spectacle à des jeunes écoliers.

Au Bicentenaire, à la 5e avenue Bolosse et dans les environs, cela fait plus de deux semaines que des armes automatiques crachent le feu des projectiles à longueur de journée. L’impact sur le commerce dans ces quartiers, sur le commerce entre Port-au-Prince et le grand Sud est dévastateur. Au Bicentenaire, à La Saline et ailleurs dans le pays, l’insécurité perdure, les bandits imposent leur loi, brevet d’impunité en poche, grâce, dans certains cas, à leurs relations avec des chefs. Sous les yeux de la population fatiguée, désabusée, se jouent, jour après jour, les actes de la mise en déroute de l’appareil répressif de l’État. Entre incompétence et non-assistance à peuple en danger, chacun devra choisir. Mais sur de beaux uniformes et de beaux costumes, il y a des éclaboussures de sang….

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".