L’échec vénézuélien face à l’OEA en Haïti

Publié le 2019-07-04 | Le Nouvelliste

L’ironie après la décision politique imposée à l’Organisation des États américains par Washington contre le Président Maduro du Venezuela est d’assister à l’intervention peu crédible de cette organisation dans les affaires haïtiennes à l’occasion de la grave crise provoquée surtout par la dilapidation des fonds PetroCaribe, apportés généreusement à Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère, par le parti du président Maduro.

Les émissaires de cette organisation ont déclaré avec l’arrogance affichée dès qu’il s’agit d’Haïti que le but de leur mission était de mettre fin à la situation insurrectionnelle en exigeant du peuple de délaisser les rues et du président Jovenel Moïse de gouverner.


Le peuple haïtien n’avait pas compris le vote de son pays contre le Venezuela le 10 Janvier 2019 à cette organisation comme celui de Punta Del Este à cette même organisation contre Cuba, le 28 Janvier 1962. Le vote déterminant d’Haïti pour exclure Cuba de l’OEA a eu des retombées bien plus importantes que les 30 deniers alloués à Juda. C’était la première pierre pour consolider la dictature plus que trentenaire des Duvalier dont le coût se paie aujourd'hui encore.

A combien s’évaluera le vote impie d’Haïti contre le Venezuela lorsque l’OEA vole au secours des dilapidateurs des milliards du fonds PetroCaribe qui aurait permis au peuple toujours exploité d’Haïti de faire un pas dans la bonne direction ? 

Les réseaux sociaux, phénomène nouveau, constituent déjà un formidable outil de communication. Un article doublé d’un slogan paru sur ces réseaux : « Les hommes politiques haïtiens ne comprennent pas la politique mondiale », a retenu mon attention. L’intervention de l’OEA serait donc une expression de cette politique mondiale. Cette publication fait partie d’un processus de déstabilisation de la contestation pour ramener le peuple à la fatalité que le jeu politique haïtien est dicté par le blanc. 

La perversité du jeu politique mondial comme les dominants l’appellent, emprunte souvent des méandres imprévisibles. Un projet à peine mentionné dans la presse serait le remboursement au Venezuela des fonds PetroCaribe dilapidés par les gouvernants haïtiens. Avec quel argent ? Le ministre haïtien des Affaires étrangères, par l’intermédiaire de puissants alliés, a fait pour son gouvernement, des offres au Qatar portant sur le territoire haïtien.

Le remboursement de la dette proviendrait de cette transaction. Alors, pourquoi le peuple haïtien paierait, plus que deux fois, le montant d’une dette détournée et gaspillée ? Le but serait de renverser le président Maduro à partir des fonds alloués au peuple haïtien pour des activités de développement par son prédécesseur et mentor, le président Hugo Chavez.


La réalité de la politique mondiale ne se limite pas à ces astuces. Elles ont droit de cité dans le cadre d’une organisation peu crédible dont le siège est situé dans la capitale du grand voisin qui ne lui permet d’agir que sous l’ombre de sa puissance. 


Sans qu’il soit besoin de remonter à la conférence de Panama de 1826 où les Etats-Unis avait fait pression sur les nouveaux États libres de l’Amérique pour ne pas inviter Haïti, oubliant l’aide déterminante qui leur avait été apportée, les récentes interventions de l’OEA en Haïti à partir de 2006 ont été désastreuses.
Un parallèle important. En 2006, l’organisation hémisphérique avait mis en face du gouvernement Aristide-Neptune l’Initiative de la société civile, association créée pour la conjoncture. Cette légitimité, fraîchement acquise, lui permit de fragiliser l’État avec des conséquences qui se font encore sentir. Cette fois, aucune place n’est prévue pour des organisations représentant des forces vives de la Nation et bien intégrées dans la vie sociale du pays. Appel a plutôt été fait à des formations politiques qui ont subi l’usure du temps. Surprise, dans leurs déclarations publiques, elles ont affirmé qu’elles n’étaient pas disposées à avoir comme interlocuteurs des individus épinglés par la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif dans des scandales financiers.
Les luttes pour l’émergence d’un État démocratique remontent en fait au coup d’État du général Paul Eugène Magloire contre le président Dumarsais Estimé. Après la chute des Duvalier en 1986, une véritable éclaircie a eu lieu en 1991 où un peuple enthousiaste, mobilisé et déterminé a porté par les urnes au pouvoir, le président Jean-Bertrand Aristide. Encore une fois, un coup d’État sanglant a balayé les espoirs. Depuis, l’expérience démocratique sous la tutelle des pays amis a été banalisée. Le taux de participation aux élections est devenu dérisoire. Le peuple ne croit plus à ces dérisions démocratiques, assistant, résigné, à la tenue d’élections clés en main. 
L’opportunité s’offre une nouvelle fois au peuple résilient d’Haïti de reconquérir son destin. La lutte sera menée non seulement contre les usurpateurs mais aussi contre les tenants d’une certaine politique mondiale qui passe par l’asservissement. Au loin, les accents de la voix de Lumane Casimir se devinent, prônant que « Papa Guédé bèl gason pral monte o palè».
                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                       Gervais Charles, avocat
                                                                                                                                                       Le 20 Juin 2019

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".