"Sans rancune 2" ou les galères de Roseline

PUBLIÉ 2019-05-20


Le 19 mai 2019, c’était la grande première du film « Sans Rancune 2 » au Triomphe. Le public, en quatre séances, a découvert le quotidien difficile de Roseline, le premier rôle du long-métrage qui doit jongler entre l’amour fugace d’un bad boy et la profondeur d’un amoureux transi. Un film qui pourrait éclairer bien de jeunes filles de notre époque.

Dès les premières images « Sans Rancune 2 » nous fait remonter aux années 2000. On reconnaît les téléphones Razr V3 qui étaient à la mode à l’époque. Tout se déroule autour de Roseline (incarnée par Holdine Lafaille, sœur du réalisateur Herby Lafaille). C’est une jeune femme en plein dilemme sentimental. Elle est tiraillée entre son amoureux de jeunesse qui lui est tout dévoué et un bad boy qui l’arnaque sans arrêt.

Le film riche en rebondissements lève le voile sur les relations amoureuses dans les quartiers modestes où l’amour est souvent plombé par la misère. Il ouvre des fenêtres sur les effets pervers du chômage en Haïti et sur les types de déroute qui nous guettent durant notre jeunesse.

Le film, tel que l’explique Herby Lafaille, est à la fois la suite de « Sans rancune 1 » et un reboot de ce dernier. En effet le réalisateur a été confronté au piratage du numéro un. « J’ai confié la promotion du film dans les salles à un partenaire qui est connu dans la ville. J’ai été surpris qu’il ait procédé plutôt au piratage de l’œuvre. Il multiplie des DVD, de mauvaise qualité en plus », déplore le réalisateur.

Des démarches auprès du Bureau haïtien du droit d’auteur où le film a été enregistré dans l’optique d’obtenir gain de cause se sont révélées sans succès puisque cette entité ne dispose pas encore d’un arsenal légal pour cela selon Herby. Sa seule solution a donc été de procéder à la refonte du film tout en lui accolant une suite.

Après la grande première qui a eu lieu le 19 mai 2019 au Triomphe, le film continuera d’être exploité dans les salles dans les mois qui viennent, assure le réalisateur.



Réagir à cet article