JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

Des progrès et encore des défis pour la presse haïtienne

L’état des lieux de la presse haïtienne À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai 2019), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a organisé une série d’activités pour réfléchir sur la profession de journaliste et le rôle des médias dans une société démocratique. Cette 26e édition - célébrée sur le thème « Démocratie, droits, devoirs et responsabilités des médias en Haïti » - a réuni étudiants, travailleurs de la presse, patrons de média et représentants de l’État pour un diagnostic du secteur dans le pays.

Publié le 2019-05-03 | Le Nouvelliste

Comme toujours, cette Journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée sous l’instigation de la communauté internationale. Les ambassadeurs de la Grande-Bretagne et du Canada, respectivement Sharon Campbell et André Frenette, ont indiqué les violences contre les journalistes comme un véritable problème pour le secteur de la presse et la jouissance de la liberté d’expression, ce qui sera fatal pour la démocratie puisque les médias vont manquer à leurs devoirs et responsabilités s’ils passent sous silence certains faits. Ces derniers ont aussi rappelé le mauvais score d’Haïti au dernier classement de Reporters sans frontières (62e mondial sur 180 pays) sur la presse dans le monde et la nécessité de remonter la pente.

Dans la même veine, le représentant a.i. de l’Unesco, Claude Akpabie, a, dans son discours, fait savoir que la célébration de cette année doit se placer au-delà du caractère purement évènementiel pour inviter à la fois à une introspection et à une projection sur l’avenir des médias. Selon lui, l’Unesco et ses partenaires ont voulu confirmer leurs engagements à la cause d’une presse haïtienne d’opinions plurielles libre et citoyenne, indépendante, professionnelle, responsable, crédible et à l’abri des intimidations, de la censure ou de l’autocensure ainsi que des menaces voilées ou réelles à l’intégrité physique de ses journalistes.

« La démocratie meurt dans l’obscurité ». Cette phrase résume à elle seule l’importance d’une presse libre dans une société pour informer les gens et observer l’action des pouvoirs publics.  Autant que le rôle des médias n’est plus à démontrer, autant la thématique retenue cette année invite justement à réfléchir au professionnalisme des médias, à la protection à laquelle ils ont droit et à leurs rapports à la démocratie. Conférence et atelier sont destinés à dégager une meilleure compréhension de la profession et apporter des améliorations.

À cette occasion, l’Unesco a réuni un panel de responsables de médias ainsi qu’un professeur d’université pour discuter de « l’état des lieux et des défis actuels de la presse haïtienne ». D’entrée de jeu, le rédacteur en chef du Nouvelliste, Frantz Duval, a mis en avant l’évolution de la presse et des médias en Haïti au fil des ans. « Plus importante, plus réfléchie et plus professionnelle est donc devenue la presse haïtienne. » Il a présenté la « diversité des médias, d’écoles de formation de journalistes et des sujets traités comme une amélioration de l’offre d’informations » dans le pays. Selon lui, il y a des critiques pour tous les médias, mais « cette diversité de la presse se voit aussi dans les moyens de communication et les sensibilités politiques qui sont représentées. »

Une position partagée à bien des égards par Gotson Pierre de l’agence Alterpresse. En dépit du fait que la presse connaît des problèmes récurrents comme «  la misère économique et intellectuelle » de ceux qui y travaillent, Frantz Duval reconnait que « les médias existent et continuent de faire vivre la liberté d’expression ». Pour ce faire, il y a eu une diminution nette de ce qui est pire dans les médias, selon lui, même si une dérive persiste encore dans la pratique aux côtés de la bidonvilisation sur les ondes de radio et de télévision. Cette dérive consiste à associer le « sensationnel à l’information ».  Elle fait aussi « primer l’information spectacle, la facilité et la mise en scène au détriment de l’information utile». Avec ces pratiques, a précisé Gotson Pierre, la mission de l’information est mise en déroute.   

Pour Venel Remarais, président de l’Association des médias indépendants d'Haïti (AMIH), la presse haïtienne, tout en étant un pilier de la démocratie, est aussi un élément d’un ensemble qui est le pays. En tant que tel, elle ne peut pas échapper aux problèmes fondamentaux du pays. La presse haïtienne est à l’image du pays dans une perpétuelle interaction. Le sociologue et professeur Hérold Toussaint, dans une tentative d’explication de certains problèmes auxquels est confrontée la presse haïtienne, a pointé du doigt le déficit d’éducation des médias dans une logique de formation continue pour les acteurs de la presse. Cette formation devrait servir à analyser et critiquer le contenu des médias.


 

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".