Le prix du riz local continuera de grimper

Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas pour les producteurs de riz dans la Vallée de l’Artibonite. Après une saison printemps 2018 plutôt satisfaisante, c’est la descente aux enfers. En juillet 2018, les responsables de la Caravane se sont décerné un certain satisfecit pour avoir contribué à l’augmentation « significative » du rendement à l’hectare. Cependant, faute d’eau en quantité suffisante, dans plusieurs localités, les parcelles n’ont pas été mises en valeur lors de la deuxième campagne de l’année. Les conséquences sont immédiates car le prix du riz local sur le marché commence à grimper et, selon certains producteurs, cette tendance doit se poursuivre.

Publié le 2019-04-16 | Le Nouvelliste

À travers la Caravane du changement portée par le président de la république, la production de riz a été, à certains égards, subventionnée. Des travaux ont été effectués dans les principales infrastructures agricoles de la Vallée de l’Artibonite. Plusieurs dizaines de kilomètres de routes agricoles ont été réparés et/ou percés. Ce qui avait et a jusqu’à présent un impact positif sur le processus de production. L’effet recherché, selon les responsables de ce mécanisme, est d’augmenter la production rizicole et, par ricochet, contribuer à la réduction du coût de cette denrée sur le marché local.  

C’était le cas en automne 2018. Mais une victoire de courte durée dans la mesure où les prix des différentes variétés de riz produites dans la vallée recommencent à grimper. Le riz préparé dépouillé  de déchets coûte vraiment cher. Au centre de vente et de conditionnement de l’Association des producteurs de Moro-Peye (APMP), la marmite de riz Shella, qui équivaut à environ quatre kilos, se vend à quatre cents gourdes, soit 100 gourdes le kilo. Dans ce même espace, la variété de riz Shelda se vend également à quatre cents gourdes la marmite, le TCS 10 et La crète à 300 gourdes.

En fait, en moins d’un an, le prix du riz a connu une augmentation de 50% pour les variétés TCS 10 et La crète et plus de 30% pour celles de Shella et de Shelda. C’est énorme pour une population dont le revenu n’a pas forcément augmenté. Les producteurs se disent conscients de la situation. Surtout par rapport au pouvoir d’achat des ménages. Mais tenant compte des dépenses cumulées de la préparation de sol jusqu’à la récolte, le président de l'APMP, Fresnel Louis, croit que le prix du produit n’est pas vraiment exorbitant.

Le pire est que l’avenir n’augure rien de meilleur. Les conditions pouvant favoriser la chute des prix ne sont pas réunies, c’est du moins l’avis des producteurs rencontrés à ce sujet. Pour y arriver, expliquent-ils, il faut une double opération : la baisse du coût de production et l’augmentation du rendement à l’hectare. Ce qui n’est pas encore le cas. Au contraire. Avec la pénurie d’eau dans la Vallée de l’Artibonite, M. Louis n’entrevoit pas une augmentation du rendement à l’hectare et cela contribuera à coup sûr à augmenter le coût de production, surtout pour ceux ne pouvant pas compter sur des canaux de distribution qui font usage des pompes. Pour une deuxième campagne consécutive, des centaines de producteurs se trouvent encore dans l’impossibilité de cultiver leurs parcelles. Ce qui provoquera, sans nul doute, une baisse considérable de la production.

À bien entendre le responsable d’organisation, outre la baisse de la disponibilité de l’eau dans la vallée de l’Artibonite, toutes les conditions étaient réunies pour arriver dans cette impasse. Le prix du riz local, poursuit-il, va continuer à grimper. Le fonctionnement du ministère de l’Agriculture, les conditions pour octroyer des subventions dans le secteur, la non-implication des producteurs dans les grandes décisions engageant la production dans la vallée sont, selon Fresnel Louis, parmi les obstacles qui entravent le développement de la filière dans la région.

Fresnel Louis est lui-même producteur de cette denrée depuis plus de 36 ans et on dit qu'il est le plus grand producteur dans la vallée de l’Artibonite, ce qui lui confère des compétences certaines dans cette culture. Mais, déplore l'agriculteur, il n’a jamais été contacté au sujet des grandes décisions concernant la culture de riz dans la vallée. Ce qui le pousse à dire que la voix des paysans ne compte que dans les périodes électorales.

Louis en a profité pour faire l’éloge de la technique dans la production agricole. L’art, dit-il, est d’une importance capitale dans la production agricole. À ce niveau, le cultivateur et entrepreneur n’a pas manqué de faire la leçon aux autorités de Damien. « On peut avoir des centaines de tracteurs dans la vallée, si l’on ne fait pas ce qu’il faut, on ne pourra pas augmenter la production ni faire baisser le prix sur le marché », a expliqué l’homme de 67 ans.

Le marché est une question de l’offre et de la demande. Depuis plusieurs années, la demande pour les produits locaux ne cesse de croître. Le problème est que l’offre peine à suivre la même courbe. Ce sont les consommateurs qui en font les frais. Dans les conditions actuelles, Fresnel Louis est persuadé qu’on ne peut pas changer la donne. Un changement de calendrier cultural s’impose. Aussi croit-il qu’il faut remettre en question toute la base de la production en commençant par promouvoir un ministère de l’Agriculture qui s’intéresse vraiment au développement de la culture de la terre et dont le gros du budget n’est pas alloué au fonctionnement mais à l’investissement. 

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".