Echo de l’éco

Haïti essuie deux revers du FMI en un mois

17

Publié le 2019-04-12 | Le Nouvelliste

La mal-gouvernance prend de telles proportions dans le pays qu’elle tend à devenir une spécialité haïtienne. Les errances, les écarts, les boulettes, les incohérences, les cas d’incompétence sont incalculables et les répercussions sont de plus en plus préjudiciables pour le pays et en termes d’image et en termes économiques. À ce sujet, on ne saurait passer sous silence les deux revers que subit Haïti actuellement dans l’accord de prêt de 229  millions de dollars signé avec le Fonds monétaire international (FMI). L’institution a décidé de surseoir au déblocage d’une première partie des 229 millions de dollars parce qu’Haïti n’aurait pas rempli les conditions nécessaires pour les avoir.

Deux camouflets en l’espace d’un mois.  Tout semble clair à Washington dans les couloirs de cette entité de Bretton Woods concernant le cas d’Haïti. La fuite en avant du président de la Chambre des députés et l’euphorie du président de la République ne feront pas plier le FMI. Les 229 millions de dollars de prêt consenti à Haïti ne seront pas débloqués comme prévu dans l’accord. Haïti doit avant tout mettre  en place un gouvernement et faire voter une loi de finances pour l'exercice en cours. Les conditions n’ont pas bougé depuis. Les autorités doivent se mettre au travail avant de voir les déblocages échelonnés sur trois ans suivant les conditionnalités de l’institution.

Le président de la Chambre basse, Gary Bodeau, membre d’une délégation d’officiels qui prend part aux réunions du printemps de la Banque mondiale et du FMI, a fait savoir à l’envoyé spécial du Nouvelliste à Washington qu’il a mené un plaidoyer auprès des responsables du Fonds pour obtenir « un nouveau délai qui peut courir jusqu’au mois de juin ».  Le parlementaire, qui revenait d’une rencontre en compagnie du gouverneur de la banque centrale Jean Baden Dubois avec des responsables du FMI, a ensuite ajouté qu'après son exposé au FMI, les responsables se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient plus retenir le 24 avril comme date butoir.

Le FMI ne manque pas de rappeler aux autorités haïtiennes que les règles demeurent, il n’a aucune intention de les modifier en chemin.  « Nous attendons avec intérêt la formation d’un nouveau gouvernement et l’établissement d’un budget. Avant cela, nous ne serons pas en mesure de faire avancer l’accord récemment négocié avec les services du FMI pour la mise en œuvre d’un programme que j’ai mentionné. » Telle est la réponse, le 11 avril, de l'attachée de presse du FMI, Randa Elnagar, à un courriel de notre rédacteur Patrick St-Pré sur le sujet.  

Dans le même courrier, Randa Elnagar a encore indiqué au journal que « nous ne pourrons pas soumettre cet accord au conseil d’administration tant qu’un nouveau gouvernement ne sera encore approuvé par le Parlement et qu’un budget reflétant les paramètres de l’accord négocié ne sera pas encore soumis au Parlement. Nous espérons donc que les incertitudes entourant la politique économique et la situation politique seront rapidement levées, afin que nous puissions recommencer à aider Haïti et les Haïtiens à surmonter les énormes difficultés sociales et économiques auxquelles ils font face ».  

Avant cette sortie du député de Delmas, Jovenel Moïse, de retour d’un mini-sommet USA-Caraïbes, au cours duquel il a pu rencontrer le président américain Donald Trump et d’autres dirigeants de pays de la Caraïbe, avait démenti illico le gel annoncé du prêt de 229 millions de dollars du FMI.  « Cette affaire de gel des 229 millions de dollars du FMI n’existe pas », avait lancé le chef de l’État au cours d’un point de presse dans le salon diplomatique de l’aéroport Toussaint Louverture. Il avait aussitôt renchéri que « le conseil du FMI se réunira le 24 avril pour approuver l’accord. Sauf surprise de dernière minute, cette date ne sera pas respectée».

Les déclarations sublimées de nos responsables mettent à nu leur ignorance des dossiers du genre et se sont empreintes de ridicule. Par ricochet, le pays en pâtit. Les autorités qui nous représentent agissent de la sorte, comme si les institutions internationales de financement telles que la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international vont se mettre aux règles haïtiennes de copinage, du faire semblant ou du mépris total du temps et des délais.

La machine à inventer les crises fonctionne à plein régime. Mais quand vient enfin l’heure de trouver les solutions, de sortir du vide institutionnel, les dirigeants ont tendance à demander des moratoires, le temps de négocier tout ce qui peut l’être. Ils ne comprennent pas que la population agit comme les failles de l’écorce terrestre qui accumule les énergies avant de les libérer. Plus l’accumulation prend du temps, plus brutal sera le séisme. Plus ça paraît calme en Haïti, plus il faut se méfier du dénouement.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".